Les Visiteurs : Pourquoi Valérie Lemercier et Muriel Robin ont mal vécu les tournages
Gaumont

Les interprètes de Béatrice de Montmirail/Frénégonde de Pouille ne se sentaient pas à leur place sur le plateau.

Une semaine après Les Visiteurs, TF1 rediffuse sa suite ce soir, Les Couloirs du temps. En 1998, fort des 13,8 millions d'entrées récoltés en 1993, le réalisateur Jean-Marie Poiré reformait le tandem Godefroy de Montmirail (Jean Reno) – Jacquouille la Fripouille (Christian Clavier) avec cette suite qui prend place dans la continuité immédiate du premier volet : Godefroy s'y prépare à célébrer son mariage avec Frénégonde de Pouille lorsque le duc, son père, interrompt la cérémonie car on lui a volé ses bijoux, ainsi qu'une précieuse relique. Godefroy comprend que c'est sans doute Jacquouille l'auteur du larcin...

On retrouve donc tous les personnages cultes de la franchise, à l'exception d'un changement de casting majeur, Muriel Robin remplaçant Valérie Lemercier, qui ne souhaitait pas reprendre le rôle de Béatrice de Montmirail / Frénégonde de Pouille. La comédienne avait pourtant été très appréciée par le public et les professionnels du cinéma pour son interprétation : elle avait même reçu le César pour Les Visiteurs. Jean-Marie Poiré révélait lors du Première Cinéma Club dédié au film, en 2016, avoir pensé à elle en découvrant l'un de ses sketchs : "Je savais que Valérie Lemercier serait parfaite en Béa car j’aimais beaucoup son sketch La Renardière. Elle s’y exprimait déjà comme son personnage, en accentuant son côté ‘Marie-Chantal’. Elle était très snob et en même temps capable de balancer des énormités. Dans le sketch, elle s'exclamait par exemple entre deux allusions bourgeoises : ‘On a retrouvé des tas de cousins perdus de vue du côté de maman, qui ont des bites énormes !'. C’était exactement ce ton mi-traditionnel, mi-vulgaire que je cherchais."


 

Les Visiteurs : 5 choses que vous ne savez pas sur la comédie culte

A 28 ans, elle avait alors peu d'expérience au cinéma, apparaissant seulement dans des seconds rôles dans Milou en mai, Après-demain, L'Opération Corned-Beef et Sexes faibles. Ravie d'avoir été castée pour cette comédie, elle a cependant mal vécu le tournage, n'étant pas sur la même longueur d'ondes que le réalisateur comme elle l'expliquait dans Première, en 2017 : "Quand il a fallu adapter à l'écran mon personnage de grande bourgeoise, ça a été compliqué : je me méfiais du rôle too much. Du coup, ce que je proposais n'était pas très haut en couleur." Deux ans avant, elle révélait pourtant sur Europe 1 avoir été conquise par son personnage : "J’adore Béatrice de Montmirail ! J’aime toujours jouer des bourgeois. Il y en aura encore beaucoup dans mes spectacles. Ce sont des personnages très amusants, parce qu’ils ne doutent de rien."

Le principal problème était surtout qu'en dehors des prises, elle se sentait exclue de la bande, révélait Le Monde, en 2008. Le réalisateur et les acteurs principaux se connaissaient très bien (Clavier avait tourné avec lui dans Le Père Noël est une ordure, Papy fait de la résistance, Mes Meilleurs copains etc., et était en couple avec Marie-Anne Chazelle, l'interprète de Ginette ; quant à Jean Reno, il était la star d'Opération Corned Beef, déjà au côté de Clavier, en 1991). "Ils dînaient tous sans moi, me séparaient d'Isabelle Nanty dont je me sentais proche, se souvient-elle. Quand la maquilleuse voyait débarquer Marie-Anne Chazel, elle s'exclamait : 'Voilà enfin une femme drôle'". Elle a alors préféré refuser de jouer dans la suite. "On accepte parfois de faire un film dans trop savoir ce qu’il peut donner, justifiait-elle à Télérama, en 2007. Mais là, vraiment, je ne le sentais pas… Et la suite ne m’a pas donné tort."

Les Visiteurs : Pourquoi Valérie Lemercier et Muriel Robin ont mal vécu les tournages
Gaumont

Les Visiteurs 2 a en effet reçu des critiques plus mitigées que le premier opus, mais il a remporté un joli succès en attirant en salles plus de 8 millions de spectateurs, ce qui en fit le troisième succès au box-office de l'année 1998 derrière Titanic et Le Dîner de cons. 20 ans après la sortie du film, sa remplaçante, Muriel Robin, révélait elle aussi avoir passé un mauvais moment sur le plateau de C à vous : "Je ne prends pas de plaisir parce que j'y vais pour de mauvaises raison et aussi parce que je pense que Jean-Marie Poiré ne veut pas Beatrice de Montmirail mais Valérie Lemercier dans le rôle de Béatrice de Montmirail. J'ai ma bourge mais ce n'est pas la même bourge de Valérie. Et il n'est pas amoureux de moi. Je patine toute seule, je suis beaucoup moins drôle, je me trouve pas très bonne, pas aussi efficace que j'aurais pu l'être et je ne peux pas le dire pendant la promo et c'est pas spécialement agréable. Mais le film existe."

Pour Valérie Lemercier, les scénaristes Christian Clavier et Jean-Marie Poiré aurait dû inventer un nouveau personnage afin que la comédienne se sente plus à l'aise : "Beaucoup de gens ont critiqué la performance de Muriel Robin, qui a repris le personnage de Béatrice de Montmirail, jugeait-elle, toujours dans Télérama. Mais il aurait fallu tout changer, le nom du personnage, son entourage familial, ses relations, ses tics de langage... pour qu'elle puisse se sentir complètement à l'aise. Un bon comédien éprouve toujours beaucoup de difficultés quand il essaye de se caler sur la performance d'un autre acteur. Et c'est exactement ce qu'on lui avait demandé de faire."

Ma scène culte des Visiteurs, par Jean-Marie Poiré

A lire aussi sur Première