The Irishman De-Aging
Netflix/Youtube @iFake

Le rajeunissement numérique de Robert De Niro, Al Pacino et Joe Pesci ne plait pas à tout le monde.

Depuis sa mise en ligne sur Netflix, The Irishman, de Martin Scorsese, divise les spectateurs. Adoré par certains, jugé trop long par d'autres, le film de mafieux est aussi critiqué pour ses effets visuels, pas toujours réussis. Une partie de l'intrigue a en effet demandé de rajeunir numériquement ses stars, ce qui donne parfois un résultat troublant. Robert De Niro, notamment, joue Frank Sheeran entre 40 et 50 ans, mais conserve sa façon de bouger d'un homme de 75 ans. Ses lentilles bleues peuvent aussi accentuer le malaise devant certaines scènes, où l'on a l'impression de le revoir à l'époque des Affranchis, mais pas tout à fait, la transformation lui donnant un aspect "faux", trop lisse, comme s'il s'agissait d'une poupée en plastique animée pour ressembler à Robert De Niro mais qui n'est pas vraiment Robert De Niro (on appelle cette gène ressentie face à des créations imitant l'humain l'"uncanny valley").

Ce "de-aging" fait du bruit, et un internaute, sous le nom d'iFake, vient de relancer le débat en retouchant à son tour certaines scènes de The Irishman avec De Niro, donc, mais aussi de ses compères Al Pacino et Joe Pesci. Sauf qu'au lieu des logiciels pro (et très chers) qui ont été utilisés pour le film, il a travaillé sur DeepFaceLab, un logiciel gratuit de "deep fake". Cette technologie permet de remplacer le visage d'un acteur par celui d'un autre (récemment, Robert de Niro a par exemple été remplacé par Al Pacino dans des extraits de Taxi Driver, et c'était plutôt troublant). Sauf qu'ici, le créateur a remplacé les visages par ceux de versions plus jeunes des comédiens en question. Précisons aussi que le deep fake ne conserve pas la performance originale de l'acteur mais combine des tas d'images de ses performances passées, ce qui diffère fortement du rajeunissement utilisé officiellement par la production.

La vidéo est intéressante, certains plans semblant effectivement plus naturels avec ce procédé. Sauf que ça ne fonctionne pas à chaque fois : une partie des extraits re-transformés restent étrangement lisses, donnant eux aussi cette impression de "peau en plastique". Notez aussi que la couleur des yeux de De Niro n'a pas été changée ici, ce qui fausse également la comparaison.

The Irishman : Robert De Niro donne son avis sur le rajeunissement numérique