Titre original In the Land of Blood and Honey
Date de sortie 22 février 2012
Réalisé par Angelina Jolie
Avec Boris Ler , Vanessa Glodjo , Zana Marjanovic
Scénariste(s) Angelina Jolie
Distributeur Metropolitan FilmExport
Année de production 2012
Pays de production US
Genre Drame, Film de guerre, Romance

Synopsis

Alors que la guerre fait rage en Bosnie, Danijel et Ajla se retrouvent dans des camps opposés malgré ce qu’ils ont vécu. Danijel est un soldat serbe et Ajla une prisonnière bosniaque retenue dans le camp qu’il surveille. Pourtant, avant le conflit, l’un et l’autre partageaient d’autres sentiments. C’était une autre vie, avant la barbarie, avant que cet affrontement ethnique violent ne prenne leur futur en otage. À nouveau face à face dans cet épouvantable contexte, leur relation devient complexe, ambiguë, incertaine. La guerre a miné leur lien.Voici leur histoire, bouleversante, écrasée par l’effroyable poids qu’une guerre fait peser sur des gens simples qu’aucun pouvoir politique ne semble vouloir sauver.

Offres VOD de Au pays du sang et du miel

Cinemasalademande HD SD Cinemasalademande 2.99 € Louer

Toutes les séances de Au pays du sang et du miel

Critiques de Au pays du sang et du miel

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Il était inévitable que les deux Angelina Jolie se rencontrent un jour : la femme engagée (ambassadrice pour le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) et l’icône glamour. Elle prend néanmoins tout le monde à contre-pied avec ce premier film sans stars et en langue serbe/bosniaque, qu’elle a entièrement écrit et derrière lequel elle s’est sagement effacée. Entre Romeo et Juliette et Portier de nuit, entre la tragédie classique et le huis-clos sadien, Au pays du sang et du miel aborde le conflit bosniaque par l’esquive mais avec une certaine hauteur. La tragédie de Danijel et d’Ajla, c’est, métaphoriquement, celle de tous les pays déchirés par la guerre civile : difficile de (se) reconstruire quand le sang et les larmes ont coulé avec une telle violence et dans un tel déni d’humanité. À travers le personnage de Danijel et de quelques autres, Jolie s’emploie à ne pas mettre tous les Serbes dans le même panier comme elle ne surdramatise pas le calvaire des victimes féminines, déshumanisées par leurs tortionnaires mais capables de discernement. Bien sûr, il y a une forme d’idéalisme dans sa démarche (du mal peut naître le bien) mais, au moins, se démarque-t-elle du cynisme à la mode ou du défaitisme de circonstance. Bien épaulée par le vétéran Dean Semler à la photo et par des acteurs concernés, Angelina Jolie démontre une belle capacité de rebondissement. Sa deuxième partie de carrière s’annonce passionnante.