DR

Au programme ce soir sur le petit écran : Mathieu Kassovitz jouent les voleurs d'identité, George Miller clôt (temporairement) sa trilogie culte et Pedro Almadovoar s'attaque au tabou des abus de l'Église sous Franco.

Un illustre inconnu de Matthieu Delaporte

Sébastien Nicolas a toujours rêvé d’être quelqu’un d’autre. Mais il n’a jamais eu d’imagination. Alors il copie. Il observe, suit puis imite les gens qu’il rencontre. Il traverse leurs vies. Mais certains voyages sont sans retour.

Pour son galop d'essai avec Le prénom en 2012, Matthieu Delaporte avait connu un énorme succès avec deux César et 3,3 millions d'entrées. Pourtant, le cinéaste se lance deux ans plus tard dans une voie complètement différente avec cet Illustre inconnu, thriller psychologique sur l'usurpation d'identité porté par un Mathieu Kassovitz plus inquiétant que jamais. Un parti pris risqué mais réussi selon Première, qui écrivait à l'époque : "Après le carton du "Prénom", enchaîner sur un thriller existentiel aussi gonflé, ça a de la gueule. On sent que Delaporte a envie de chatouiller le système, il a la gnaque et l’audace du kamikaze. Mais "Un illustre inconnu" dessine surtout ses obsessions d’auteur. En osant se confronter aux affres de son héros, le cinéaste quitte ses habits d'entomologiste pour ceux de métaphysicien. Son deuxième film n’en est que plus troublant. Il s’y cache un questionnement sur l’être et l’art". Avec à peine plus de 100.000 entrées, le film fut malheureusement un gros échec commercial, et reste donc à redécouvrir du grand public.

Un illustre inconnu est diffusé ce soir à 20h55 sur Canal+.

Mad Max : Au-delà du dôme de tonnerre de George Miller

Dans un monde aride et ravagé, Mad Max, homme fort, solitaire et rusé, se réfugie pour quelques temps dans la ville du troc, dirigée par la souveraine Entity. Contraint par celle-ci de lutter contre le géant Blaster, il est abandonné dans le désert à l’issue du combat. Une jeune chasseresse, Savannah Nix le recueille et l’emmène dans son repaire « la grande faille  » où vivent une cinquantaine d’enfants. Ensemble, ils décident de partir à l’assaut de la ville du troc…

Troisième volet de la saga née de l'esprit de George Miller, Au-delà du dôme de tonnerre creuse l'univers post-apocalyptique de Max Rockatansky, tout en s'orientant dans une nouvelle direction, celle d'une possible renaissance de la civilisation. Différent dans l'esprit, ce Mad Max 3 dérouta quelque peu les amateurs mais reste symbolique du savoir-faire hors pair du réalisateur australien, qui crée encore ici des visions de cinéma dont lui seul a le secret. Le film attira à sa sortie plus de 2,5 millions de spectateurs.

Mad Max : Au-delà du dôme de tonnerre est diffusé ce soir à 20h40 sur RTL9.

La mauvaise éducation de Pedro Almodovar

Au début des années 1960, deux garçons, Ignacio et Enrique, découvrent l'amour, le cinéma et la peur dans une école religieuse. Le père Manolo, directeur de l'institution et professeur de littérature, devient leur bourreau psychique et sexuel. Les trois personnages se reverront deux autres fois, à la fin des années 1970 et en 1980. Ignacio, comédien, propose alors un script à Enrique, devenu réalisateur. Bouleversé par le contenu autobiographique du scénario, Enrique est prêt à le produire. Mais Ignacio lui dit-il bien toute la vérité?

Sorti en 2004 en salles, le quinzième long-métrage de Pedro Almodovar creuse une nouvelle fois de nombreuses thématiques intimes du cinéaste espagnol, le tout au service d'un récit s'attaquant à un sujet hautement sensible : celui des abus sexuels commis par l'Église espagnole sous le régime franquiste. Le résultat est à la hauteur des plus grands films d'Almodovar, comme l'expliquait Première à la sortie du film : "Le cinéaste signe un pur film noir avec retournements brusques, femmes fatales (pardon, hommes fatals) et ambiance torve. Structurellement Almodovar fait preuve d'une rigueur implacable qui renvoie aux oeuvres américaines de Fritz Lang. Se laisser entraîner dans cet écheveau manipulateur est un délice. Plus que jamais chez le metteur en scène de Parle avec elle, le feu brûle de l'intérieur. Consume-toi avec lui".

La mauvaise éducation est diffusé ce soir à 20h40 sur OCS Max.