DR

Le dernier rôle au cinéma de James Gandolfini, un des rôles cultes d'Arnold Schwarzenegger et le tandem flamboyant formé par Michael Douglas et Matt Damon : il y en aura pour tous les goûts ce soir sur le petit écran.

Quand vient la nuit de Michael R. Roskam

Bob Saginowski, barman solitaire, suit d’un regard désabusé le système de blanchiment d’argent basé sur des bars-dépôts – appelés « money drop » - qui sévit dans les bas-fonds de Brooklyn.Avec son cousin et employeur Marv, Bob se retrouve au centre d’un braquage qui tourne mal. Il est bientôt mêlé à une enquête qui va réveiller d’anciens drames enfouis du passé...

Après le succès d'estime de Bullhead, le réalisateur belge Michael R. Roskam retrouvait Matthias Schoenaerts de l'autre côté de l'Atlantique pour son premier film américain, nouvelle adaptation d'une œuvre de Dennis Lehane, en l'occurrence la nouvelle Animal Rescue. Au-delà de toutes ses nombreuses qualités, Quand vient la nuit reste principalement dans les mémoires pour être le dernier film du regretté James Gandolfini, décédé un peu plus d'un an avant la sortie du film à l'automne 2014. Un dernier rôle à la hauteur du reste de sa filmographie selon Première : "Michaël R. Roskam, dont c’est le deuxième long métrage après "Bullhead" (2012), a su magnifier ce scénario déjà riche pour en tirer un magistral film noir, à la fois intemporel et stylisé. Situant son action dans les petits bars de Brooklyn, il transcende leur apparent réalisme pour illustrer de façon presque onirique l’état mental de ses personnages, plombés par leur statut funeste de semi-gangsters qui n’osent pas choisir leur camp. […] l’impeccable Tom Hardy domine un casting d'acteurs parfaitement à leur place. Il est pourtant presque éclipsé par James Gandolfini, bouleversant dans le rôle d’une ancienne gloire locale qui lutte jusqu’à la fin pour échapper à un destin inéluctable. On ne pouvait pas imaginer plus belle dernière fois".

Quand vient la nuit est diffusé ce soir à 21h sur Canal+.

Predator de John McTiernan

Le brillant major Dutch Schaeffer est envoyé en mission avec son commando en Amérique latine où ils doivent récupérer trois hommes, otages de la guérilla. Ils réussissent sans problème la première partie de l'opération et s'apprêtent à se replier lorsqu'ils découvrent les corps atrocement mutilés des trois prisonniers...

Alors au faîte de sa gloire avec les succès des deux Conan, de Terminator et de Commando, Arnold Schwarzenegger s'impose un peu plus comme l'action movie star irrésistible de la fin des années 80 en allant dégommer du Predator au fin fond de la jungle devant la caméra de John McTiernan. Résultat : un succès qui ne se dément pas avec près de 100 millions de dollars de recettes, près d'un million et demi d'entrées en France et une aura de film testostéroné culte. Le début d'une longue franchise qui devrait bientôt revenir sur grand écran sous la houlette de Shane Black.

Predator est diffusé ce soir à 20h40 sur RTL9.

Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh

Avant Elvis, Elton John et Madonna, il y a eu Liberace : pianiste virtuose, artiste exubérant, bête de scène et des plateaux télévisés. Liberace affectionnait la démesure et cultivait l'excès, sur scène et hors scène. Un jour de l'été 1977, le bel et jeune Scott Thorson pénétra dans sa loge et, malgré la différence d'âge et de milieu social, les deux hommes entamèrent une liaison secrète qui allait durer cinq ans. 'Ma Vie avec Liberace' narre les coulisses de cette relation orageuse, de leur rencontre au Las Vegas Hilton à leur douloureuse rupture publique.

Retiré du grand écran, Steven Soderbergh réoriente sa carrière vers la télévision grâce à un partenariat remarqué avec HBO et sa petite sœur Cinemax. En plus de la série The Knick, il signe en 2013 le téléfilm Ma vie avec Liberace, biopic du populaire pianiste haut en couleurs, incarné par un Michael Douglas acclamé pour sa partition et son couple à l'écran avec Matt Damon. Première, conquis, écrivait à la sortie du film en salles en France : "Tout au long du film, Soderbergh nourrit un trouble insondable et ténébreux, une ambiguïté à la fois subtile et dynamique qui dépasse jusqu’aux motivations conscientes des personnages. Une réussite qui tient aussi à l’osmose fabuleuse entre les deux acteurs, au point qu’au bout d’un quart d’heure, on ne cherche plus à déterminer qui, de Douglas ou de Damon, est le meilleur". Le film remporta pour l'occasion trois Emmy Awards et deux Golden Globes, avec une récompense à chaque fois pour Douglas.

Ma vie avec Liberace est diffusé ce soir à 20h50 sur Canal+ Cinéma.