Toutes les critiques de Lil' Buck : Real Swan

Les critiques de Première

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Charles Riley, alias Lil’ Buck, est devenu une star mondiale de la danse après que Spike Jonze a mis en ligne une vidéo où on le voyait évoluer au son du violoncelle de Yo-Yo Ma. Quelques millions de vues plus tard, le street-dancer était la nouvelle coqueluche du show-biz US, adoubé par Madonna ou Benjamin Millepied. Ce documentaire raconte son histoire. Trop hagiographique quand il se concentre les récents succès de son sujet, le film passionne en revanche quand il ressuscite un monde, le Memphis des années 80-90, qui vibrait au rythme du « jookin’ », une danse de rue très complexe à exécuter (et très excitante à regarder), que Lil’ Buck s’appropria en y incorporant des éléments venus du ballet. « Plutôt que de devenir des meurtriers, on a évacué la violence dans la danse » : au-delà de la success-story d’un artiste surdoué, c’est cette histoire-là qui fascine.