Courts-métrages Champs-Elysées Film Festival
Champs-Elysées Film Festival

Les programmateurs de l’événement ont été séduits par Qu'importe si les bêtes meurent, de Sofia Alaoui, et Union County, d’Adam Meeks.

Depuis ce mardi 9 juin, la 9e édition du Champs-Elysées Film Festival, événement qui met à l’honneur le cinéma indépendant français et américain, se tient gratuitement et entièrement en ligne. L’occasion de découvrir plusieurs longs-métrages made in US et réalisés chez nous, mais aussi d’assister à des Live Masterclass (celle d’Edgar Wright aura lieu demain, à partir de 18 heures), et de regarder vingt courts-métrages, tous accessibles sur le site de l’événement pendant toute la durée du festival (pour y accéder, il suffit de vous inscrire ici). 

À ce titre, les organisateurs ont choisi de mettre en lumière deux oeuvres : Qu'importe si les bêtes meurent, de Sofia Alaoui, et Union County, d’Adam Meeks

Qu'importe si les bêtes meurent se passe dans les hautes montagnes de l’Atlas, où Abdellah, un jeune berger et son père, sont bloqués par la neige dans leur bergerie. Leurs bêtes dépérissant, Abdellah doit s’approvisionner en nourriture dans un village commerçant à plus d’un jour de marche. Avec son mulet, il arrive au village et découvre que celui-ci est déserté à cause d’un curieux événement qui a bouleversé tous les croyants.

Le film a conquis les programmateurs de l’événement, séduits par "un décor des plus spectaculaires et épurés à la fois" et la capacité de la réalisatrice à retranscrire, à sa manière, la peur des hommes à l’égard du futur.  

 

De son côté, Union County, découvert à la Berlinale Shorts 2020, se passe dans la campagne rurale de l'Ohio, où Cody poursuit un programme de désintoxication très strict élaboré par les autorités locales. En voie de guérison de son addiction aux opiacés, il en est à son 45e jour d'abstinence. Les centres de réinsertion étant complets, Cody doit vivre dans sa voiture, en périphérie de la ville et travailler dans une scierie avoisinante pour économiser tout en s'occupant. Lorsque son ex-petite amie revient du centre de désintoxication et lui demande de rester avec lui, le passé de Cody ressurgit et l'oblige à prendre une importante décision.

Une oeuvre toute en retenue d'Adam Meeks (qui signe ici son troisième court-métrage), bouleversante et élégante. "Ici, tout est dans la justesse et la mesure, souligne les programmateurs du festival. Le réalisateur maîtrise habilement les symboliques de mise en scène figurant à l’écran l’opposition ouverture (le futur) / fermeture (le passé) et accorde une place importante à la nature."

 

Les deux films sont disponibles gratuitement jusqu’au 16 juin prochain. 

Champs-Élysées Film Festival : comment assister à l’événement virtuel