Gagarine - Lyna Khoudri
Haut et Court

Avec leur premier long, Fanny Liatard et Jérémy Trouilh racontent les dernières heures de la cité Gagarine, entre réalisme et onirisme. Comme si Les Misérables rencontrait Solaris. Mais leurs sources d’inspiration vont bien au-delà…

MAUVAIS SANG de Léos Carax 

Jérémy Trouilh : "Carax est un de nos cinéastes préférés : on est d’ailleurs si heureux d’avoir pu diriger Denis Lavant ! On aime tout chez Carax : le regard qu’il pose sur la ville, son génie à créer des personnages aussi doux et poétiques, sa capacité à ne jamais laisser deviner où ses récits nous mènent, l’inventivité de sa mise en scène, la manière dont il joue avec les couleurs. Le rouge et le bleu de Mauvais Sang ont d’ailleurs été les couleurs de notre héros, Youri, qui aspire à devenir cosmonaute entre les murs de sa cité. Il est toujours habillé en bleu, sauf quand il part dans ses rêves où soudain le rouge prédomine."

 

NOBODY KNOWS de Hirokazu Kore-Eda 

Fanny Liatard : "Kore-Eda nous a beaucoup influencés. Et plus précisément Nobody knows avec ses enfants enfermés dans un appartement qui doivent se débrouiller seuls. Je suis à chaque fois frappée par cette infinité de choses très émotionnelles qu’il parvient à faire passer dans de tout petits détails. Et par le regard infiniment doux qu’il pose sur des gens qui ne sont pas forcément faits pour le monde dans lequel ils vivent, comme notre jeune Youri.

 

HEUREUX COMME LAZZARO d’Alice Rohrwacher 

FL : "Voilà un film essentiel dans notre processus d’écriture. Car il a surgi au moment où on nous reprochait souvent le côté trop gentil, trop doux de Youri. Soit exactement les sentiments qui guident Lazzaro. Or on tenait à cette idée de héros tendre, timide, doté comme lui d’un monde intérieur très riche. Youri a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Et le fil rouge de notre mise en scène a été de faire se déployer son imaginaire dans les couloirs de la cité jusqu’à l’envelopper pleinement."

 

LE DÉCALOGUE de Krzysztof Kieslowski

JT : "Les dix films qui le constituent se déroulent quasi tous dans le même immeuble d’un quartier de Varsovie que Kieslowski éclaire à chaque épisode d’un jour nouveau, en fonction des sentiments éprouvés par ses personnages. Avec un penchant plus particulier pour Tu ne seras point luxurieux, où un jeune homme tombe amoureux de sa voisine en l’observant avec un télescope.