Date de sortie 22 mars 2017
Durée 110 mn
Réalisé par Claudio Giovannesi
Avec Daphne Scoccia , Josciua Algeri , Valerio Mastandrea
Scénariste(s) Claudio Giovannesi, Filippo Gravino, Antonella Lattanzi
Année de production 2016
Pays de production Italie
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

A 17 ans et en manque d'amour parental, Daphne tente de survivre en volant des téléphones portables dans le métro. Elle est finalement arrêtée. Son père vient lui rendre visite dans sa prison mixte. Si il demandait la garde, elle pourrait voir sa peine réduite. Or, lui-même ancien détenu et en grande précarité, il ne peut lui proposer qu'une permission de week-end. Mais bientôt, Daphne rencontre Josh, également condamné pour vol. Ils n'ont pas le droit de se toucher, alors ils se parlent tous les jours par la fenêtre, s'échangent des messages clandestins et tombent amoureux. Josh finit par obtenir un apprentissage dans une grande boulangerie...

Offres VOD de Fiore

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
VIVA HD VIVA 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Fiore

Photos de Fiore

La Quinzaine des Réalisateurs 2016
La Quinzaine des Réalisateurs 2016
La Quinzaine des Réalisateurs 2016
La Quinzaine des Réalisateurs 2016
La Quinzaine des Réalisateurs 2016

Critiques de Fiore

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs 2016, le nouveau film du réalisateur du remarqué Ali a les yeux bleus continue de creuser le sillon de la marginalité et de la tolérance sur un mode qui n’est pas sans évoquer le cinéma des frères Dardenne. Souvent filmée de dos, la mine renfrognée, la jeune Daphne Scoccia évoque pleinement les héroïnes dardenniennes avec un soupçon de modernité en plus, qui tient à des détails -la façon de se tenir, de fumer une clope, de faire tomber sa capuche sur ses yeux. La jeune actrice incarne donc Daphné (quel hasard), une petite délinquante qui échoue dans une prison mixte pour mineurs (mais les garçons n’ont que de rares occasions de croiser les filles) où elle s’éprend de Josh. Captée à bonne distance, cette romance entre deux natures indomptables est la réussite du film qui ne s’embarrasse pas de psychologie de bazar ni de seconds rôles encombrants. S’il met un peu facilement en cause le déterminisme social, le personnage du père, ancien détenu lui-même qui a refait sa vie, bénéficie par ailleurs d’un joli traitement.