Date de sortie 10 octobre 2012
Durée 105 mn
Réalisé par François Ozon
Avec Fabrice Luchini , Kristin Scott Thomas , Ernst Umhauer
Scénariste(s) François Ozon
Distributeur Mars Distribution
Année de production 2012
Pays de production France
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l'enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d'événements incontrôlables.

Offres VOD de Dans la maison

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Dans la maison

Photos de Dans la maison

DR
DR
Mars Distribution
Mars Distribution
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Dans la maison

Casting de Dans la maison

Fabrice Luchini
monsieur Germain
Ernst Umhauer
Claude Garcia
Bastien Ughetto
Rapha Artole

Critiques de Dans la maison

  1. Première
    par Antoine Prioul

    Il va sans dire que François Ozon possède un indéniable talent de conteur que cette dernière livraison ne saurait contrarier. Dans la maison relève avec aisance un défi périlleux : le cinéaste y jongle en effet avec les fantasmes du lecteur (Luchini) et ceux du rédacteur-manipulateur (Ernst Umhauer, qui possède l’élégance et la perversité requises) et prend d’entrée de jeu, le spectateur par le col. Ce qui finit pourtant par gripper un peu la machine, c’est la superficialité chronique du réalisateur, régulièrement mangé de l’intérieur par ses travers de petit malin sûr de ses effets et conscient de leurs limites. Car le film se cloisonne vite en un exercice d’autoparodie savoureuse (mais pour le coup assez prévisible), dans lequel les figures du maître (bon critique mais piètre écrivain) et de l’élève (petit génie immature) constituent l’alpha et l’oméga d’un cinéma en déficit chronique de substance