Date de sortie 9 janvier 2013
Réalisé par Hélène Fillières
Avec Benoît Poelvoorde , Laetitia Casta , Richard Bohringer
Scénariste(s) Hélène Fillières
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2013
Pays de production FR
Genre Comédie dramatique
D’après l’œuvre de Régis Jauffret

Synopsis

Elle l’a rencontré un soir de printemps, elle est devenue sa maîtresse. Il lui a offert un revolver, elle une combinaison en latex. Imprudent, il lui a proposé un million de dollars. Insatiable, elle est venue lui rappeler ses promesses...

Offres VOD de Une Histoire d'Amour

Orange SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD SD FilmoTV 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Une Histoire d'Amour

Photos de Une Histoire d'Amour

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Une Histoire d'Amour

Une Histoire d'amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

affiche Française

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Une histoire d amour

Casting de Une Histoire d'Amour

Laetitia Casta
la jeune femme
Reda Kateb
le voisin dans l'avion

Critiques de Une Histoire d'Amour

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Un homme loue les services d’une femme pour un trip sadomaso dont elle serait la dominatrice et lui la victime consentante. Mais quand le coeur se mêle à la fessée, rien ne se passe comme prévu. Adapté du roman de Régis Jauffret, Sévère, lui-même librement inspiré de l’affaire Stern (célèbre banquier assassiné dans des conditions rocambolesques), le premier essai d’Hélène Fillières derrière la caméra se présente comme un film d’atmosphère, noir à souhait, dont chaque plan est habillé de clair-obscur, où les mouvements de caméra se veulent caressants et où le montage peut se montrer brutal. Pourquoi pas, sauf qu’un tel sujet nécessitait aussi un minimum d’écriture. Là, à part faire la gueule pour (sur)signifier leur mal-être, les acteurs n’ont pas grand-chose à jouer. Ils ont même un certain mérite à tenter de faire exister des personnages caricaturaux (l’odieux banquier triste, la femme vénale mais pas trop, le vieux mari passif) dont on ne comprend ni les actes ni les motivations profondes. C’est la preuve à charge contre un film par ailleurs assez maladroit dans sa description light de jeux sexuels tordus.