Toutes les critiques de Les Innocentes

Les critiques de Première

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Ce fait d’hier questionne la folie de la guerre et la puissance de la foi avec un regard résolument moderne : cela pourrait être aujourd’hui dans un autre pays, pétri d’autres croyances. Cinéaste de la transgression (Nettoyage à sec, Perfect Mothers), Anne Fontaine s’inspire d’une histoire vraie et tisse avec Pascal Bonitzer un script intense. Les Innocentes rend palpable le face-à- face d’une femme libre, médecin, communiste, et d’une congrégation de bénédictines vouées à Dieu et à l’isolement, confrontées à la barbarie, à la maternité, à une nécessaire ouverture au monde. S’y déploient avec élégance des décors épurés, un travail sur la couleur et les noirs et blancs, le tout baigné par une lumière douce et inquiétante signée de la très grande chef opératrice Caroline Champetier. Le film envoûte et emporte, jusqu’au final inattendu, humaniste, revigorant. 

Les critiques de la Presse

  1. Le Monde
    par Noémie Luciani

    Les dialogues imaginés par Anne Fontaine et Pascal Bonitzer sont aussi fins que sensibles : il y a du sublime et du grotesque dans chaque rôle, une âme dans chaque personnage, même ceux qui n’ont que quelques répliques et quelques plans pour exister. 

  2. Le Parisien
    par Maguelone Bonnaud

    Nourrie par des actrices magnifiques, (...) les Innocentes est un bel hommage. (...) Un film grave et solaire.

  3. Le Figaro
    par Marie-Noëlle Tranchant

    (...) un film magnifique

  4. Culture box by france Tv
    par Boris Courret

    Lou de Laâge, qui quitte enfin les seconds rôles de midinette auxquels elle nous avait habitué, est tout bonnement sublime. Sublime de mesure. De retenue. Comme ce film. Saisissant.

  5. StudioCiné Live
    par Thierry Chèze

    Sa mise en scène maîtrisée crée un sentiment clasutrophobe qui nous plonge dans la tête de ces soeurs.

  6. Télérama
    par Cécile Mury

    Filmée en quasi-huis clos, dans la grisaille du couvent, cette histoire de naissances et de renaissance, tout en scènes délicates et justes, repose en grande partie sur le talent des interprètes. 

  7. 20 Minutes
    par Caroline Vié

    Si son film est souvent poignant, une photo magnifique signée Caroline Champetier donne l’impression de voir des tableaux vivants d'une beauté intense.

  8. Elle
    par Françoise Delbecq

    Un drame historique bouleversant.

  9. Le JDD
    par Barbara Théate

    Le côté austère et contemplatif du religieux, entre prières et chants liturgiques, n’empêche pas le lyrisme et le romanesque de l’intrigue.

  10. Les Inrocks
    par Théo Ribeton

    La matière, riche et épaisse à l’écriture, servie par de bons interprètes (notamment les jeunes religieuses, souvent vibrantes), tient en haleine et donne à réfléchir, mais se trouve desservie par un traitement d’ensemble plutôt conventionnel et timoré.

  11. L'Express
    par Eric Libiot

    Tout est un peu scolaire aussi, façon Dossiers de l'écran. En dehors du fait d'éclairer cet événement méconnu, le film n'a (malheureusement) pas vraiment de raison d'être. Il n'est ni émouvant ni perturbant ni poignant.  

  12. Nouvel Obs
    par François Forestier

    (...) ce film poignant montre une tragédie secrète, une damnation absolue. La douleur de ces femmes est palpable, terrible, exprimée par des actrices polonaises qui méritent qu’on retienne leurs noms

  13. Critikat.com
    par Clément Graminiès

    De cette histoire qui aurait pu être passionnante et comporter son lot d’étrangeté, Anne Fontaine tire un film figé et impersonnel où tout trahit, hélas, une certaine forme de désengagement.