Titre original Baad el Mawkeaa
Date de sortie 19 septembre 2012
Réalisé par Yousry Nasrallah
Avec Bassem Samra , Nahed El Sebai
Scénariste(s) Yousry Nasrallah
Distributeur MK2
Année de production 2012
Pays de production EG
Genre Drame

Synopsis

Mahmoud est l’un des "cavaliers de la place Tahrir" qui, le 2 février 2011, manipulés par les services du régime de Moubarak, chargent les jeunes révolutionnaires. Tabassé, humilié, sans travail, ostracisé dans son quartier qui jouxte les Pyramides, Mahmoud et sa famille perdent pied… C’est à ce moment qu’il fait la connaissance de Reem, une jeune égyptienne divorcée, moderne, laïque, qui travaille dans la publicité. Reem est militante révolutionnaire et vit dans les beaux quartiers. Leur rencontre transformera le cours de leurs vies…

Offres VOD de Après la Bataille

UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Après la Bataille

Photos de Après la Bataille

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Après la Bataille

Après la bataille

Après la bataille

Après la bataille

Après la bataille

Après la bataille

Après la bataille

Après la bataille

Affiche Française

Casting de Après la Bataille

Critiques de Après la Bataille

  1. Première
    par Gael Golhen

    L’Égyptien Yousry Nasrallah est de ces cinéastes qui tentent de capter à chaud la marche du monde. Prenant pour modèle le Rome, ville ouverte, de Rossellini, Après la bataille restitue les événements qui se sont déroulés place Tahrir et montre ce qui se passe quand l’heure des comptes a sonné. Marius et Jeannette oriental, ce film est plus qu’un témoignage. Il se révèle passionnant parce qu’il rend concrets des idées et desmouvements (sociaux, politiques) et qu’il est interprété par deux excellents comédiens. À la sensualité étourdie de Menna Chalaby, Nasrallah confronte la force brute de Bassem Samra, son énergie cadenassée par un moment historique qui le dépasse. Le récit à chaud, la complexité du réel et la puissance des acteurs parviennent à masquer les faiblesses du projet (dialogues sentencieux, script improvisé, dérives soap du cinéma oriental), et prouvent que le cinéma n’a pas perdu la guerre.