Date de sortie 1 mars 2017
Durée 118 mn
Réalisé par Mike Mills
Avec Annette Bening , Greta Gerwig , Elle Fanning
Distributeur Mars Films
Année de production 2017
Pays de production États-Unis
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Santa Barbara, été 1979. L’époque est marquée par la contestation et d’importants changements culturels. Dorothea Fields, la cinquantaine, élève seule son fils Jamie. Elle décide de faire appel à deux jeunes femmes pour que le garçon, aujourd’hui adolescent, s’ouvre à d’autres regards sur le monde : Abbie, artiste punk à l’esprit frondeur qui habite chez Dorothea, et sa voisine Julie, 17 ans, aussi futée qu’insoumise…

Offres VOD de 20th Century Women

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter

Toutes les séances de 20th Century Women

Dernières News sur 20th Century Women

Premières séances du 1er mars : Logan démarre en tête
 

C’est pourtant le pire démarrage d’un film de la franchise X-Men. (Source : Le Film Français)

Les projets d’Elle Fanning

L’actrice de 18 ans a pas moins de neuf films déjà prévus.

Photos de 20th Century Women

DR

Critiques de 20th Century Women

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Nos habitudes de spectateurs sont tellement conditionnées par les séries télé qu’on regarde désormais de jolies chroniques à la 20th Century Women comme autant de pilotes pour d’éventuels feuilletons, des amorces de sagas au long cours. On soupçonne d’ailleurs le réalisateur Mike Mills d’avoir étudié de près les néo-soaps usinés par la télé câblée des années 2000, tout en feuilletant les pavés littéraires importants de l’époque (Les Corrections, de Jonathan Franzen en tête). Ça se voit dans son obsession du décor signifiant (la grande bicoque constamment en travaux où se déroule l’action, métonymie parfaite de la maison Amérique), de la punchline qui fait mouche, de l’hyper caractérisation des personnages: autour du héros ado, alter-ego du cinéaste, gravitent ici la copine au visage d’ange mais au comportement démoniaque (Elle Fanning), la wannabe artiste aux cheveux rouges comme Bowie (Greta Gerwig), le hippie à la moustache tombante (Billy Crudup), et la maman fumeuse à la chaîne (Annette Bening, en majesté) qui regarde ce petit monde tourner plus ou moins rond. Après avoir raconté la sortie du placard de son papa gay dans Beginners, Mills décrit ici son propre éveil féministe sur fond de déferlante punk-rock. Paradoxalement, on a rarement vu un film autant obsédé par les Clash et les Buzzcocks et dans le même temps aussi propre sur lui, bien élevé, politiquement correct jusqu’au bout des ongles. 20th Century Women ne veut pas vous bousculer, mais vous prendre dans ses bras, vous accueillir dans son petit nid douillet. Il y fait chaud. On s’y sent bien. C’est quand, l’épisode 2.

  2. Première
    par Frédéric Foubert

    Nos habitudes de spectateurs sont tellement conditionnées par les séries télé qu’on regarde désormais de jolies chroniques à la 20th Century Women comme autant de pilotes pour d’éventuels feuilletons, des amorces de sagas au long cours. On soupçonne d’ailleurs le réalisateur Mike Mills d’avoir étudié de près les néo-soaps usinés par la télé câblée des années 2000, tout en feuilletant les pavés littéraires importants de l’époque (Les Corrections, de Jonathan Franzen en tête). Ça se voit dans son obsession du décor signifiant (la grande bicoque constamment en travaux où se déroule l’action, métonymie parfaite de la maison Amérique), de la punchline qui fait mouche, de l’hyper caractérisation des personnages: autour du héros ado, alter-ego du cinéaste, gravitent ici la copine au visage d’ange mais au comportement démoniaque (Elle Fanning), la wannabe artiste aux cheveux rouges comme Bowie (Greta Gerwig), le hippie à la moustache tombante (Billy Crudup), et la maman fumeuse à la chaîne (Annette Bening, en majesté) qui regarde ce petit monde tourner plus ou moins rond. Après avoir raconté la sortie du placard de son papa gay dans Beginners, Mills décrit ici son propre éveil féministe sur fond de déferlante punk-rock. Paradoxalement, on a rarement vu un film autant obsédé par les Clash et les Buzzcocks et dans le même temps aussi propre sur lui, bien élevé, politiquement correct jusqu’au bout des ongles. 20th Century Women ne veut pas vous bousculer, mais vous prendre dans ses bras, vous accueillir dans son petit nid douillet. Il y fait chaud. On s’y sent bien. C’est quand, l’épisode 2