Capone Tom Hardy
Vertical Entertainment

La presse américaine est divisée sur ce biopic sur la fin de vie du célèbre gangster.

Cinq ans après l’échec des 4 Fantastiques, qui l’a profondément marqué, le réalisateur Josh Trank fait son retour avec Capone, son troisième long-métrage. Alors que le film sort ce mardi 12 mai directement en VOD (aux Etats-Unis du moins), les premières critiques sont tombées lundi. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le film ne fait pas l’unanimité auprès de la presse américaine, tout comme la prestation de Tom Hardy dans la peau d’Al Capone.  

"Capone est-il un drame fascinant et hors du commun sur le crépuscule d’un mafieux ? Ou un sketch prétentieux du Saturday Night Live ?", s’interroge Variety. "Sans doute un peu des deux". "C’est dingo, c’est bordélique et c’est assez divertissant si ça ne vous dérange pas de voir des personnages faire caca ou se prendre un coup de couteau dans la nuque", surenchérit The Wrap. "Le réalisateur et son sujet font naufrage dans le même bateau", tranche Indiewire. "On nous fait comprendre leur souffrance, mais sans nous donner la moindre raison de souhaiter leur salut". 

Certaines critiques sont plus positives. Le Guardian y voit ainsi "un tableau intéressant sur la tristesse, avec un air de Paolo Sorrentino quand la caméra se balade dans les jardins baignés de soleil de Capone avec leurs statues bizarres." Discussing film loue de son côté "l’incroyable travail de Josh Trank qui parvient à raconter une histoire efficace avec une réalisation remarquable", ainsi que sa direction d’acteurs et sa "superbe photographie" assurée par Peter Deming (Lost Highway, Mulholland Drive). Des éloges assez isolés alors que le film affiche un modeste 49% d’opinions favorables sur Rotten Tomatoes

La prestation de Tom Hardy, qui incarne un Al Capone décrépissant et atteint de démence, bénéficie à peu près du même accueil. "Tom Hardy est à la frontière de l’auto-parodie de la folie du Method acting. Une performance qui demande à être vue", ironise le Hollywood Reporter. "Hardy prend toute la place possible…Il mélange, il trébuche, il marmonne, il bave. Enterré sous le maquillage, il n’a même pas l’air humain sur certains plans", juge Slashfilm. Mais là aussi, d’autres médias se montrent au contraire enthousiastes. "Hardy explique la moitié de la réussite de Capone. L’autre c’est Trank", estime par exemple le journaliste d'USA Today, franchement emballé par le film. 

Josh Trank, qui a réalisé, écrit et monté Capone, a réagi positivement à ses premiers retours très contrastés sur son compte Twitter : "J’aime et j’apprécie toutes les critiques parues sur Capone aujourd’hui, les bonnes comme les mauvaises, ça me donne envie de voir le film à nouveau, et de le savourer encore une fois. (…) Regardez-le avec un esprit ouvert, c’est étrange et dérangeant et beau, prenez-le comme vous voulez". 

On attend maintenant de savoir quand et comment Capone sera diffusé en France.