Tout simplement noir
GAUMONT

Une comédie bordélique dans laquelle la mise en abyme ne cache jamais le vrai sujet: la présence des Noirs dans le cinéma français

Jean- Pascal Zadi est un drôle de type. « Rappeur raté (c’est lui qui le dit), réalisateur de docs et de programmes courts pour Canal +, c’est un sale gosse qui joue le rôle du sniper. Tout simplement noir est son premier long, une comédie qui carbure au clin d’œil, au second degré et à l’autodérision pour tenter, malgré tout, de parler d’un sujet casse-gueule : « l’invisibilation » des Noirs dans l’industrie ciné et la société française. Caméra à l’épaule, style mockumentaire, le film raconte la vadrouille de deux losers (Zadi et le comique Fary dans leur propre rôle ou presque) qui cherchent à organiser une marche des fiertés noires. Les deux compères tentent de la médiatiser en rameutant toutes les stars noires du cinéma français (« Ca va aller vite, elles sont pas nombreuses »).

Résultat ? Un beau bordel à l’écran qui godille entre humour méta et interrogations sur le communautarisme. C’est brouillon, le casting est hétéroclite (Joey Starr, Claudia Tagbo, Jonathan Cohen, Karen Guiock…) mais les scènes sont hilarantes et l’effet d’empilage bidonne. L’abattage de Zadi, qui trimbale son gentil complexe de supériorité l’amenant, entre quiproquos et absurdités, à rester impavide devant toutes les humiliations qu’il subit ou fait subir à son entourage, est l’arme fatale du film. On regrettera simplement que la blague, faute de souffle et de structure, finisse par se mordre la queue. Mais au moment où la diversité semble être devenu un enjeu majeur de la réflexion sur le cinéma hexagonal, ce film libère la parole de manière décomplexée.

Tout simplement noir, le 8 juillet au cinéma.