DR

Découvrez le véritable animateur radio qui a inspiré Robin Williams pour le film de Barry Levinson.

Good Morning Vietnam a marqué un tournant dans la carrière de Robin Williams. Formé sur les planches et à l'école du stand-up, l'acteur décrochait en 1987 son passeport vers les sommets de Hollywood grâce au succès du film de Barry Levinson. Après avoir débuté au cinéma par le flop du Popeye de Robert Altman et s'être fait remarquer dans l'adaptation du Monde selon Garp par George Roy Hill, Williams décrochait ici le premier rôle culte d'une longue liste qui s'agrandira pendant près de trois décennies.

Essentiellement connu à l'époque comme acteur de télévision grâce à la sitcom Mork & Mindy, dans laquelle il incarnait un extraterrestre, Robin Williams incarne ici l'animateur radio Adrian Cronauer, un disc-jockey établi à Saïgon où il anime une émission de radio à destination des soldats englués dans la guerre du Vietnam. Un rôle de présentateur déjanté, rebelle et incontrôlable qui semble écrit pour Williams, qui laisse libre court à ses talents d'improvisateur avec à la clé quelques monologues d'anthologie. Couronné par le Golden Globe du meilleur acteur comique, il décrocha également la première de ses quatre nominations aux Oscars pour ce rôle qui permit de l'établir comme une star de la comédie sur grand écran.

L'histoire d'Adrian Cronauer quant à elle, s'inspire d'une histoire, celle du véritable Cronauer, dont le film de Levinson retrace en partie les expériences au Vietnam dans les années 1960. Mais qui est donc le véritable Adrian Cronauer ?

Né à Pittsburgh le 8 septembre 1938, Adrian Cronauer, fils d'un machiniste et d'une enseignante, se découvre très tôt une affinité avec la radio. Il fait ses débuts sur les ondes dès l'âge de douze ans dans une radio locale, dans un programme spécial destiné aux enfants. Pendant ses études, il intègre la station locale de la radio public (le Public Broadcasting System) avant de s'engager dans l'US Air Force en 1962, où il intègre la division des transmissions et des opérations média, exerçant dans un premier temps en Grèce, sur l'île de Crète.

En 1965, l'état-major de l'US Air Force lui propose de choisir entre rentrer aux États-Unis pour participer au tournage des films pédagogiques de l'armée ou d'être transféré en Corée du Sud ou au Vietnam. Cronauer choisit le Vietnam et s'installe à Saïgon, point de départ de Good Morning Vietnam. S'il n'est pas le seul dans l'exercice (le Gooooood Morning Vietnam ! en guise d'introduction est à l'époque répandu chez les animateurs radio militaires), il impose un style différent, mélange d'enthousiasme et de réalisme tranchant avec les retransmissions rébarbatives et n'hésite pas à aller à l'encontre des positions de l'état-major bien qu'il se soit montré moins corrosif que le portrait qu'en dresse Robin Williams à l'écran.

Suite à son retour du Vietnam, il travaille quelques temps comme animateur de JT dans l'Ohio avant de prendre la tête d'une chaîne de télé en Virginie puis de s'installer à New York où il travailla pour la radio du New York Times. C'est à cette époque, en 1979, que son ami Ben Moses, qu'il a rencontré au Vietnam, lui propose d'écrire l'histoire de leurs souvenirs communs. Cela donne une première version du scénario de Good Morning Vietnam, qui fut d'abord imaginé comme une série télévisée avant d'être refusé par toutes les chaînes américaines, malgré l'énorme popularité de M.A.S.H., la série adaptée du film de Robert Altman.

Good Morning Vietnam devient dès lors un scénario de film qui échoue sur le bureau des producteurs Larry Brezner et Mark Johnson en 1982, avant que le projet ne tape dans l'oeil de Robin Williams lui-même. Néanmoins, le script de Cronauer et Moses sera quasi entièrement réécrit par le scénariste Mitch Markowitz. "Chaque année, ils renouvelaient l'option sur les droits du film. À peu près quatre ans plus tard, ils m'ont rappelé et m'ont dit : 'On a décidé de tout jeter et de repartir de zéro'. Il y a eu plus de cinq versions en tout. Je donnais quelques suggestions pour rajouter, enlever ou modifier certains points ; quelques-unes étaient acceptées, la plupart étaient ignorées", se souvient Cronauer dans une interview en 2005. De nombreux passages de l'intrigues, dont l'amitié de Cronauer avec un terroriste vietnamien ou son renvoi avant la fin de son engagement, sont notamment totalement fictifs.

Bien qu'à l'origine du projet, Adrian Cronauer ne rencontrera jamais Robin Williams sur le tournage, une décision prise par Barry Levinson qui souhaitait éviter que l'acteur ne soit influencé par son modèle. Levinson avait en effet laissé carte blanche à Williams, qui tourna la majeure partie de ses scènes sans le moindre script et se laissant aller aux numéros d'improvisation et d'imitation les plus fous au cours du tournage. "Ceux qui ont été dans l'armée savent que si j'avais agi dans la vraie vie comme dans le film, je serai encore en train de purger ma peine à la prison militaire de Fort Leavenworth", confiait Cronauer en 2006.

Les deux hommes ne se rencontreront finalement qu'une fois le tournage terminé et resteront amis alors que Cronauer, républicain convaincu ayant pris part aux campagnes présidentielles de Bob Dole en 1996 et de George W. Bush en 2004, profite de la coquette somme que lui offre le triomphe de Good Morning Vietnam (130 millions de dollars de recettes pour 12 millions de budget) pour se reconvertir comme avocat. Au moment de la mort de Robin Williams en août 2014, il était revenu sur leur amitié néé grâce à Good Morning Vietnam : "Robin et moi nous sommes rencontrés avant que le film soit projeté à New York. On s'est serrés la main et il m'a dit : 'Je suis heureux de finalement vous rencontrer'. Et je lui ai répondu : 'Je suis heureux de finalement me rencontrer'. On est restés en bons termes depuis. On s'envoyait des cartes de Noël".

L'histoire de Good Morning Vietnam : Disc-jockey, Adrian Cronauer est affecté à la station radiophonique locale des forces armées américaines à Saïgon en 1965. Son job, programmer chaque matin des morceaux de musique légère pour maintenir le moral des troupes. Mais le remuant Adrian balance sur les ondes des flots de rocks débridés, des «vannes» grossières entrecoupées, sous un humour grinçant, de quelques vérités. Ce n’est pas du goût de ses chefs, mais il devient rapidement l’idôle des soldats américains.

Good Morning Vietnam est diffusé ce soir à 20h50 sur Chérie 25.