Titre original Colombiana
Date de sortie 27 juillet 2011
Réalisé par Olivier Megaton
Avec Zoe Saldana , Jordi Mollà , Michael Vartan
Scénariste(s) Luc Besson, Robert Mark Kamen
Distributeur EuropaCorp
Année de production 2011
Pays de production FR
Producteurs Luc Besson
Genre Thriller

Synopsis

1992. Colombie. Cataleya, 9 ans, assiste au meurtre de ses parents. Echappant de justesse au massacre, elle se réfugie aux Etats-Unis, chez son oncle Emilio, un gangster… 15 ans plus tard, elle travaille pour lui comme tueuse à gages. Elle signe ses meurtres d’une orchidée dessinée sur le torse de ses victimes : un message à l’intention des assassins de ses parents. Car Cataleya est bien décidée à aller jusqu’au bout de sa vengeance… quitte à perdre tous ceux qu’elle aime.

Offres VOD de Colombiana

Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
SFR HD SD SFR 2.99 € Louer
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 13.99  € Acheter

Dernières News sur Colombiana

Photos de Colombiana

DR

Colombiana

Critiques de Colombiana

  1. Première
    par Mathieu Carratier

    Héroïne bessonienne par excellence, Cataleya est mutique et fatale, possédée par une soif de vengeance qui l’écoeure autant qu’elle l’anime. Lui avoir donné les traits de Zoe Saldana restera la grande idée du film. Enfin en première ligne, d’une
    beauté graphique insensée, l’actrice peut briller et livrer une performance beaucoup plus complexe que ce que le genre autorise habituellement. La façon dont son visage exprime d’un simple regard les conflits intérieurs du personnage, emmuré dans sa haine au point de ne plus voir que ça, est assez bluffante. Mais Colombiana sollicite évidemment d’autres parties de son anatomie, dans des scènes d’action aussi fun qu’improbables – et d’ailleurs souvent fun car improbables, justement : destruction d’une villa au bazooka, combat mano a mano au cours duquel on abat quelques murs au passage... Olivier Megaton (Transporter 3) ne s’interdit aucun plaisir coupable et emballe un pur divertissement estival à l’ancienne qui, s’il n’a peut-être pas inventé la poudre, sait sacrément bien la faire parler.