Toutes les critiques de Mémoires de Jeunesse

Les critiques de Première

  1. Première
    par Hendy Bicaise

    Printemps 1914. L’impétueuse Vera Brittain veut s’inscrire à l’université d’Oxford et devenir une femme de lettres, mais son père s’y oppose. Seul un jeune homme, Roland Leighton (Kit Harington, alias Jon Snow dans "Game of Thrones"), la comprend. Ils tombent amoureux et se séduisent en vers et contre tous, dans une version lo-fi du "Bright Star" de Jane Campion. Quand la guerre éclate... D’un point de vue cinématographique, ce film est une aubaine, le personnage de Vera évoluant tout au long de l’histoire. D’abord insensible aux souffrances des autres, car obnubilée par ses tourments, elle change de regard au fil des années. La féministe s’affirme alors aussi pacifiste, et le portrait gagne en consistance.

Les critiques de la Presse

  1. StudioCiné Live
    par Sophie Benamon

    La première partie du film est aussi légère et précieuse que le fut la Belle Epoque (...) Le réalisateur, James Kent, négocie plutôt habilement le changement de ton et parvient à livrer une deuxième partie émouvante sans être mélo (...)

  2. Le Monde
    par Thomas Sotinel

    Cette force d’évocation et d’émotion tient aussi à la minutie consciencieuse qui a présidé à l’élaboration du film.

  3. Le Monde
    par Thomas Sotinel

    Cette force d’évocation et d’émotion tient aussi à la minutie consciencieuse qui a présidé à l’élaboration du film. 

  4. A voir à lire
    par Virginie Morisson

    Film délicat qui tranche en traitant avec finesse et élégance des événements dramatiques et des faits historiques, "Mémoires de jeunesse" se distingue d’un simple biopic avec un savoir-faire et une beauté de ton et d’image qui fait du bien.

  5. A voir à lire
    par Virginie Morisson

    Film délicat qui tranche en traitant avec finesse et élégance des événements dramatiques et des faits historiques, "Mémoires de jeunesse" se distingue d’un simple biopic avec un savoir-faire et une beauté de ton et d’image qui fait du bien.

  6. Le JDD
    par Barbara Théate

    (...) ce mélo historique, élégant et émouvant, offre un vrai souffle romanesque sans jamais sombrer dans la romance grâce à son héroïne attachante, sorte de Scarlett O’Hara qui résiste à tous les coups du sort.

  7. Le JDD
    par Barbara Théate

    (...) ce mélo historique, élégant et émouvant, offre un vrai souffle romanesque sans jamais sombrer dans la romance grâce à son héroïne attachante, sorte de Scarlett O’Hara qui résiste à tous les coups du sort

  8. StudioCiné Live
    par Sophie Benamon

    La première partie du film est aussi légère et précieuse que le fut la Belle Epoque (...) Le réalisateur, James Kent, négocie plutôt habilement le changement de ton et parvient à livrer une deuxième partie émouvante sans être mélo (...)

  9. Télérama
    par Frédéric Strauss

    Le résultat, à la fois plaisant et convenu, est un hommage à Vera Brittain : jeune femme exaltée, romantique mais, surtout, remontée contre une société qui l'assignait à un rôle de spectatrice.

  10. Télérama
    par Frédéric Strauss

    Le résultat, à la fois plaisant et convenu, est un hommage à Vera Brittain : jeune femme exaltée, romantique mais, surtout, remontée contre une société qui l'assignait à un rôle de spectatrice.