Titre original Geu-Hu
Date de sortie 7 juin 2017
Durée 92 mn
Réalisé par Hong Sang-soo
Avec Kwon Hae-hyo , Kim Min-hee , Cho Yun-hee
Scénariste(s) Hong Sang-soo
Année de production 2017
Pays de production Corée du Sud
Genre Comédie dramatique
Couleur Noir et blanc

Synopsis

Areum vient d'être recrutée comme assistante dans la petite maison d'édition de Bongwan. Son épouse, soupçonneuse, ne cesse de l'interroger sur ses éventuelles infidélités. Bongwan, lui, pense beaucoup à Changsook, la femme qu'Areum remplace, avec laquelle il entretenait une relation amoureuse. Mais sa maîtresse a démissionné. Elle lui a toutefois envoyé une lettre d'amour, que l'épouse de Bongwan a fini par découvrir par hasard. Furieuse, elle se rend alors dans les bureaux de son époux et s'en prend à Areum, persuadée qu'il s'agit de la maîtresse de son mari...

Offres VOD de Le Jour d'après

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Le Jour d'après

Dernières News sur Le Jour d'après

Le Jour d'après : Décidément, tout est à l'envers ici [critique]

Le film catastrophe avec Jake Gyllenhaal revient sur W9.

Critique du Jour d'après

Le nouveau film d'Hong Sang-soo était présenté en compétition

Photos de Le Jour d'après

Casting de Le Jour d'après

Kwon Hae-hyo
Kim Bongwan
Kim Min-hee
Song Areum
Cho Yun-hee
Song Haejoo
Kim Sae-byeok
Lee Changsook

Critiques de Le Jour d'après

  1. Première
    par Yal Sadat

    On a toujours eu l’impression, confirmée en bavardant avec les fans hardcore du Garrel coréen (ils sont peu nombreux, mais ils parlent français) que la puissance des discussions flâneuses vues dans ses films tenait à leur principe gigogne. Un dialogue amoureux ne vaut pas seulement pour lui-même, il en contient toujours mille autres. Exemple : un quadra élégant, mais crevé, est assis dans un boui-boui face à une jolie étudiante ; on observe leurs profils sculpturaux, la bouteille de soju entre eux qui coupe le plan en son milieu et, à mesure que dure la séquence, on se souvient d’autres discussions qu’on a eue, nous aussi, autour d’une bouteille, à toutes celles qu’on aura, à celles des précédents films de Hong Sang soo avec un autre quadra crevé et d’autres étudiantes, on finit même par se souvenir de scènes de marivaudage que Hong Sang soo n’a pourtant jamais écrites – c’est que le soju fait effet sur nous, on se met à halluciner doucement la vie, et le cinéma avec. Dans Le jour d’après, il y a encore des face-à-face entre un bel homme fatigué et plusieurs jeunes femmes, filmées de profil, dans un noir et blanc un brin cosmétique. Mais cette fois, on reste désespérément englué dans le présent, n’ayant plus que la chronologie erratique et artificielle du montage pour se perdre à la jonction du souvenir, du présent et du fantasme. C’est dommage : quand ses amourettes sont plus incarnées, Hong n’a nul besoin de faire joujou avec le temps pour semer son spectateur dans sa propre mémoire.