Toutes les critiques de La Daronne

Les critiques de Première

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Attention, il y a une légère tromperie sur la marchandise : la bande-annonce de La Daronne fait mine de nous vendre une comédie décontractée à la Romain Gavras, façon Le Monde est à toi, avec Isabelle Huppert en dealeuse de shit toisant des cailleras en survêt et tout un tas de répliques formatées pour devenir cultes (« La galérance, elle est finie ! »). De loin, le film ressemble ainsi à un nouveau spécimen de cette « Zazasploitation » qui fait fureur depuis le Elle de Paul Verhoeven. « Zazasploitation » ? Mais si, vous savez, ces films qui jouent sur la nouvelle image sulfureuse et déglinguée de Isabelle « Zaza » Huppert. Depuis que le Hollandais Violent a rappelé au monde toute la hargne ironique que l’actrice sait mettre dans ces rôles de pétroleuse borderline, celle-ci privi- légie les contre-emplois les plus baroques. Comme celui de cette interprète franco-arabe bossant pour la brigade des stups, et qui va se retrouver du jour au lendemain à la tête d’un immense trafic de drogue. Pourtant, Jean-Paul Salomé s’intéresse moins aux potentialités rigolardes du stoner movie qu’au portrait doux-amer d’une femme qui rêve d’une autre existence, et espère secrètement que son amant (qui se trouve aussi être le patron des stups) réussira à la démasquer. Il y a donc ici un autre film à l’intérieur du film, une romance hawksienne dont on fantasme ce qu’elle aurait pu donner entre les mains d’un Rappeneau ou d’un Salvadori. Mais Jean-Paul Salomé ne tranche jamais entre les deux pistes, qui restent chacune à l’état d’esquisse.