Titre original L'orpheline avec en plus un bras en moins
Date de sortie 11 janvier 2012
Réalisé par Jacques Richard
Avec Noémie Merlant , Jean-Claude Dreyfus , Dominique Pinon
Distributeur Aramis Films / Albany Films
Année de production 2011
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

Eleonore est une superbe jeune fille d’une vingtaine d’années, qui a perdu ses parents et un bras dans un accident. Elle vit dans un orphelinat en Bourgogne.Le juge London magistrat en province, et d’un âge respectable, veut faire le bonheur de la jeune fille. Il ne tarde pas à la prendre sous sa protection, allant même jusqu’à l’adopter et à l’installer dans son château. Eleonore, de son côté, est amoureuse de Robinson, prestidigitateur au cabaret “le fétichiste”. Cet estaminet borgne est tenu par un certain Renaud Duraquet, arriviste sans scrupule, et mêlé à différents trafics. Une série de crimes odieux, perpétrés sur des jeunes femmes, fait rapidement porter les soupçons du juge sur Robinson, lequel fût compromis jadis dans un mauvais coup, lui ayant valu plusieurs mois de prison. Le juge, collectionneur de pièces à conviction, a lui aussi sa part d’ombre. A la faveur d’un miroir sans tain, installé entre sa chambre et celle d’Eléonore, il l’observe chaque soir lorsqu’elle fait sa toilette à l’endroit de son bras manquant. Eléonore aurait-elle trouvé refuge et protection chez un dangereux maniaque?

Offres VOD de L'orpheline avec en plus un bras en moins

Pas d'offres actuellement.

Photos de L'orpheline avec en plus un bras en moins

DR

L'orpheline avec en plus un bras en moins

Casting de L'orpheline avec en plus un bras en moins

Critiques de L'orpheline avec en plus un bras en moins

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Franc-tireur imprévisible qui va de films scandaleux (Ave Maria) en documentaires révérencieux (Le Fantôme d’Henri Langlois), Jacques Richard avance cette fois son pion jusqu’à la case surréalisme. Mais, dans cette bizarrerie bis sur une belle manchote cernée par des prétendants louches, le réalisateur convoque moins Buñuel que le filou Mocky. Les femmes sont belles et dénudées, les hommes déplorables et le scénario escamotable (il y a un magicien). C’est étrange et fatigant à la fois.