Debris
nbc

De la science fiction façon puzzle, qui, espérons-le, aura le temps de remettre toutes ses pièces dans le bon ordre.

Il n'était pas officiellement le créateur de Fringe (imaginée par J. J. Abrams, Alex Kurtzman et Roberto Orci), mais J. H. Wyman a définitivement mis sa patte sur la série de science fiction complètement folle, qui retourna le cerveau des fans de 2008 à 2013. Showrunner pendant la plupart des 5 saisons et scénariste de la moitié des épisodes, Wyman a prouvé qu'il maîtrisait le genre. Et une décennie plus tard, le voilà de retour avec Debris. Il est cette fois créateur, producteur, auteur et réalisateur. Au four et au moulin pour donner vie à son nouveau bébé SF à s'arracher les cheveux...

La force première de Debris, c'est son pitch magique, affiché en quelques lignes au début de chaque épisode : il y a trois ans, un vaisseau spatial extraterrestre a été repéré dans le ciel de la Terre. Depuis six mois, des morceaux de l'engin abîmé s'écrasent aux quatre coins de la planète, semant littéralement une technologie alien inconnue, défiant les lois de la physique connue. Un savoir au potentiel infini, disséminé façon puzzle et que les nations du monde cherchent évidemment à récupérer le plus vite possible. Les Etats-Unis, eux, font partie d'une alliance internationale, avec le Royaume-Uni. La CIA et le MI6 enquêtent ensemble, alors que ces débris commencent à avoir des effets mystérieux sur l'humanité...

Une pure chronique de science fiction à faire pédaler les méninges des amateurs du genre pendant des heures et des heures. Que se passerait-il sur Terre, si une technologie extraterrestre était tout à coup introduite? Debris répond merveilleusement à cette question, en prenant soin de prendre en compte toutes les conséquences induites, à la fois sur le plan physique, philosophique et géo-politique. La série est donc incroyablement ambitieuse, certainement un peu trop quand on sait qu'il s'agit d'un programme de network (une chaîne généraliste américaine), en l'occurrence NBC, habituée à sortir ce genre de saga mystérieuse à tiroirs, pour mieux les annuler au bout de quelques épisodes. Déjà les audiences US de Debris (moins de 4 millions de téléspectateurs) ne sont pas fameuses et on grimace en commençant à s'attacher à la série, en présumant d'une histoire sans fin entraînée par une annulation brutale au bout de la saison 1...
 

Debris
nbc

Parce qu'il y a effectivement de quoi s'intéresser à Debris et son parti pris épisodique assumé. Chaque semaine, on nous raconte la découverte d'un nouveau "débris" et ses conséquences sur son environnement proche. Des aventures de SF qui rappellent par moment La Quatrième Dimension, mijotant dans une mythologie beaucoup plus vaste. Chaque épisode génère ainsi de nouvelles interrogations, alors qu'on attend impatiemment de voir les pièces du puzzle prendre forme, à l'image des agences gouvernementales qui collectent ces débris pour mieux les ré-assembler.

La narration est parfois un peu brumeuse. Le casting un peu fade. Mais pas de quoi gâcher le plaisir. Après trois épisodes, cette nouvelle épopée SF à l'esthétique froide a le potentiel pour devenir passionnante. En croisant les doigts pour qu'elle ne soit pas diluée dans une indigeste litanie d'aventures de la semaine... ou qu'elle ne soit pas éjectée de l'antenne avant d'avoir pu tenir toutes ses promesses. Fringe avait réussi à trouver le parfait équilibre, en 100 épisodes tout pile. Debris survivra-t-elle jusque-là ? En France, la série a été acquise par TF1 mais n'a pas encore de date de diffusion.