Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

Pourquoi une reprise de Pink Floyd ? Pourquoi un plan sur une poignée de sable ? On tente d'expliquer le trailer épique du Dune de Denis Villeneuve.

C'est l'événement de la semaine : la première bande-annonce de Dune de Denis Villeneuve (qui devrait sortir le 23 décembre en France si tout va bien, même si cette date est sujette à caution). Plus de trois minutes terrassantes qui cristallisent des années d'attente d'une adaptation du chef-d'oeuvre de Frank Herbert et qui rendent hommage à la puissance phénoménale et visionnaire du bouquin. Après des tentatives ratées d'Alejandro Jodorowsky et de Ridley Scott, David Lynch a livré une version fascinante mais très incomplète en 1984 : Villeneuve, après Premier contact et Blade Runner 2049, a toutes les cartes en main pour donner vie à Arrakis.

 

Eclipse totale
La musique du trailer est une reprise de "Eclipse", une chanson de Pink Floyd (à écouter ici) présente sur The Dark Side of the Moon (1973). Une référence au fait que le groupe avait été approché par Alejandro Jodorowsky pour composer la musique de son adaptation de Dune mort-née ? Ici, le remix annonce peut-être les sonorités de la bande originale composée par Hans Zimmer.

Dune et Sicario
Capture d'écran/Warner/Lionsgate

De Sicario à Arrakis
Des silhouettes noires qui se découpent sur un paysage de violence : la bande-annonce de Dune contient des plans qui évoquent plus Sicario que les films précédents de Villeneuve. Le directeur de la photographie, Greig Fraser (Zero Dark Thirty, Rogue One), a l'air d'avoir bien révisé son Roger Deakins (le légendaire chef op qui a éclairé Prisoners, Sicario et Blade Runner 2049.

Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

Flou de guerre
Lors des combats au corps à corps, les personnages clignotent bizarrement : ils sont équipés de boucliers énergétiques permettant de parer les projectiles et les coups trop rapides. Les "boucliers Holtzmann" sont une des trouvailles de SF d'Herbert, permettant aux guerriers de son monde de se passer d'armes à feu et de cultiver l'art du combat à l'arme blanche. Et surtout, pas de lasers, car la rencontre entre un laser et un bouclier Holtzmann crée une jolie explosion nucléaire...

Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

Changement de genre
La planétologue Liet Kynes est jouée par l'actrice anglaise Sharon Duncan-Brewster (encore peu connue, ses compatriotes la connaissent par l'inusable soap anglais EastEnders et on l'a vue dans Rogue One). C'est un changement par rapport au livre, puisque dans celui-ci Kynes est un homme (et joué par Max Von Sydow chez Lynch). Dans Dune de 2020, Kynes est donc une femme noire -ce qui ne change pas grand-chose, à par garantir de mettre les puristes en PLS.

Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

The Duke abides
Lors des retrouvailles entre le guerrier Duncan Idaho (Jason Momoa) et Paul au début de la bande-annonce sont celles de deux frères, le grand qui soulève le petit dans ses bras. A la fin du trailer, Idaho s'incline devant Paul et l'appelle "Monseigneur Duc". La bande-annonce raconte une histoire, celle du passage de pouvoir entre le duc Leto (Oscar Isaac) et son fils.

Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

Basse fidélité
Dune de 2020 semble respecter très fidèlement le livre en termes d'histoire. Visuellement, les fidèles de Dune râlent déjà en disant que ce n'est pas leur Dune. Et c'est normal : le roman est réellement chiche en descriptions, permettant à chacun de s'imaginer à quoi ressemble l'univers imaginé par Frank Herbert : à quoi ressemble un ornithoptère ? Un distille ? Un ver des sables ? Le baron Harkonnen ? Il ne le dit pas, ou très, très peu. Baroque et délirant comme chez David Lynch ou hyper dépouillé comme chez Villeneuve : le cinéaste semble nous dire qu'il veut moins se consacrer au décorum et aux trouvailles qu'aux personnages. Les deux aperçus du visage du baron Harkonnen (Stellan Skargsaard), dans la fumée puis dans un liquide noir, vont dans le sens de la promesse d'une épure.

Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

Epice and love
Ce sable qui brille est le premier aperçu de l'Epice version 2020 : cette substance produite uniquement sur Arrakis est une drogue qui permet d'acquérir de puissants pouvoirs psychiques (tout en dotant vos yeux d'une jolie couleur bleue). Et surtout, elle permet à la Guilde des Navigateurs de voyager dans l'espace. Sans Epice, pas de voyage spatial. En jeu crucial de la possession de la planète, l'Epice n'est pourtant jamais évoquée dans la bande-annonce à l'exception de cette image -qui ne dira rien du tout à ceux qui n'ont jamais entendu parler de Dune. Encore une fois, le film entend se concentrer sur les personnages, pas sur l'univers.

Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

Ver solitaire
Le symbole de Dune. Les titanesques vers des sables, longs de plusieurs centaines de mètres... L'exercice de design le plus casse-gueule d'une adaptation de Dune. Là, Warner ne joue pas le mystère : après les avoir teasés en couverture d'Empire, on en voit un beau spécimen à la fin de la bande-annonce. Phalliques chez David Lynch (et conçus par Carlo Rambaldi, créateur du personnage d'E.T. L'Extra-terrestre), ils s'annoncent très différents chez Villeneuve : leur gueule est un véritable trou ouvert, qui évoque un œil cyclopéen. D'après Villeneuve, il a fallu un an de travail pour donner aux vers leur aspect définitif, "préhistorique".

Dune (2020)
Capture d'écran/Warner

"La peur tue l'esprit"
La bande-annonce s'achève sur ces phrases de Paul : "Je ne connaîtrai pas la peur. La peur tue l'esprit. Lorsque la peur sera passée, il ne restera que moi." Il s'agit d'une version raccourcie de la Litanie contre la peur, une prière enseignée par le Bene Gesserit... Pardon ? Le Bene Gesserit est une des plus importantes factions de l'univers de Dune : un ordre religieux de sœurs mystiques enseignant des pouvoirs psy et obéissant dans l'ombre à un plan secret... la mère de Paul, Jessica (Rebecca Ferguson), fait partie de Bene Gesserit : on aperçoit aussi dans la bande-annonce la Révérende Mère Gaius Helen Morran (Charlotte Rampling) faisant passer à Paul la fameuse épreuve de la boîte, déjà vue dans le Dune de Lynch. Bref, tout ça pour dire que la plus grosse peur que peut affronter Warner est le report de la sortie du film (dont une suite et un spin-off en série télé justement consacrée au Bene Gesserit sont déjà prévus) face au Covid-19, et au démarrage tiède de Tenet de Christopher Nolan. Tous ensemble : "Je ne connaîtrai pas la peur. La peur tue l'esprit. Lorsque la peur sera passée, il ne restera que moi..."

Wonder Woman 1984 et Dune repoussés à cause des mauvais chiffres de Tenet ?