4 LE SEL DES LARMES

Dans le cinéma de Philippe Garrel, quelque chose échappe au temps qui passe. Le noir et blanc sur celluloïd détache le réel des impératifs de son décor. Le Paris Nouvelle Vague résiste aux assauts du contemporain. Les portes des appartements, les rampes d’escalier, les entrées d’immeuble, les bouts de zinc n’ont pas bougé. Chaque plan, dépouillé du superflu, semble, comme chez Bresson, arraché au monde. Auteur romantique – assurément le plus grand en activité –, Garrel interroge les âmes, sonde les rapports entre les êtres, questionne le sentiment amoureux.

Thomas Baurez
Beloved affiche
4
BELOVED

Le cinéaste israélien Yaron Shani est apparu lors du Festival de Cannes 2009, avec Ajami, coréalisé avec Scandar Copti. Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs il avait obtenu la Caméra d’or. La structure du film plutôt complexe voyait se télescoper le destin de plusieurs personnages dans un quartier cosmopolite de Jaffa. Shani et Copti arrivaient avec assurance à tenir ce canevas qui se serait complétement défait entre les mains de n’importe quel autre apprenti cinéaste.

Thomas Baurez
AFFICHE
3
LES MEILLEURES INTENTIONS

Ana García Blaya évoque ses parents divorcés dans l’Argentine en crise des années 90 : une mère responsable et grave (et en couple), un père inconséquent et amusant (qui vivote en vendant des disques dans le magasin d’un pote). Quand sa mère, en accord avec son nouveau compagnon, décide de s’installer au Paraguay pour mener une vie meilleure, les trois enfants, sous l’impulsion de l’héroïne, choisissent de rester avec leur père. Pour renforcer le sentiment de proximité et d’immersion, la réalisatrice glisse dans son récit de vraies images vidéo tournées par son père à l’époque.

Christophe Narbonne
Felicita affiche
3
FELICITÀ

L’ouverture de Felicità donne le la. Tim et Chloé y font face à leur fille Tommy. L’instant semble grave. Les deux parents ont une révélation à faire : et si Tommy avait été adoptée… Sauf que non. Ce n’était qu’un jeu. Un apprentissage à vitesse V de la vie selon ces parents vraiment pas comme les autres. Avec cette idée force qu’il n’y a pas d’âge, ni pour s’amuser ni pour se méfier de ce qu’on vous présente, même avec gravité comme une certitude. Felicita démarre donc sur des chapeaux de roue mais tient bon la barre.

Thierry Chèze
1 LA VOIX DU SUCCÈS

Univers de la musique et comédie romantique font souvent bon ménage. Et c’est dans cette heureuse lignée que s’inscrit l’histoire de cette assistante d’une chanteuse star qui rêve de devenir productrice et va s’y atteler en cachette après avoir craqué pour un jeune artiste.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
MON NINJA ET MOI

Dissipons de suite un malentendu : malgré ses faux airs de Toy Story au rabais, Mon Ninja et moi n’est pas un sous-Pixar, une pâle copie imaginée pour soutirer un peu de cash aux fans de Woody et Buzz. S’il partage une certaine vision du cinéma avec la firme d’Emeryville, le dernier rejeton en date de l’animation danoise se distingue en s’aventurant sur des terres où le studio américain n’oserait pas poser un pied.

François Léger
AFFICHE
2
EXIT

De Buried à Tunnel, pas une année ou presque ne se passe sans qu’un survival claustro ne déboule sur les écrans. Rasmus Kloster Bro s’y aventure à son tour avec son premier long où une journaliste se retrouve bloquée dans un sas de décompression après un accident dans le chantier du métro de Copenhague. Il y fait preuve d’un indéniable sens du suspense. Mais, son parti pris d’injecter une réflexion sociétale dans ce huis-clos convainc nettement moins.

Thierry Chèze
Eté 85 affiche
2
ÉTÉ 85

Il est des livres qui marquent une adolescence. La danse du coucou d’Aidan Chambers a bouleversé celle de François Ozon. Un garçon de 16 ans a commis un délit ; il doit comparaître devant un juge. Nous sont alors livrées, à la première personne, les pensées, les remords qui racontent son histoire d’amour avec un jeune homme qui l’a sauvé d’un naufrage. Avec Eté 85, Ozon livre une adaptation assez fidèle de ce roman initiatique.

Sophie Benamon
3 SAPPHIRE CRYSTAL

En 2010 avec Pandore, Virgil Vernier avait posé sa caméra devant l’entrée d’une boîte de nuit parisienne. Là, il est à l’intérieur. A Genève. Vernier saisit des instants arrachés au réel. La mise en scène est invisible. Quelques jeunes friqués exhibent des bouteilles et parlent d’argent. Les voilà bientôt dans la villa de l’un d’eux. Re-Champagne, cocaïne et anecdote peu ragoûtante sur comment « pimenter » ses spaghettis. Et puis, il y a cette virée nocturne dans les rues de Genève.

Thomas Baurez
3 Celles qui chantent

Quatre court-métrages issus de la 3e scène célébrant le chant féminin, donnant à voir et à entendre la puissance des divas, à travers notamment le travail de deux pointures du septième art  : Sergei Loznitsa et Jafar Panahi

Thomas Baurez
Chained affiche
4
Chained

Avec le diptyque Chained/ Beloved autour d’un couple en crise, l’israélien Yaron Shani signe un drame intime passionnant où les points de vue se répondent pour mieux rendre compte de la complexité des sentiments.

Thomas Baurez
Scooby ! affiche
1
Scooby !

Première adaptation en images de synthèse du chien peureux, Scooby ! tente le grand écart entre l’origin story et une aventure surnaturelle inédite sur fond de complot mondial. À la fin, aucune des deux pistes ne sera réellement explorée, et le film ne retrouvera jamais le ton si particulier de la série animée.

François Léger
GALERIE
3
L'envolée

La réalisatrice britannique Eva Riley avait présenté en compétition au Festival de Cannes 2015 un court- métrage intitulé Patriot. Elle y racontait la trajectoire d’une jeune fille qui, au contact d’un garçon faisant irruption dans sa vie, allait voir son existence bouleversée. Pour son premier long-métrage, elle choisit le même itinéraire. Leigh, 14 ans, vit dans la banlieue de Brighton. Un jour débarque son demi-frère au passé trouble. D’abord prudente, Leigh va délaisser sa routine et son concours de gymnastique, pour suivre les faits et gestes de ce nouveau modèle.

Sylvestre Picard
GALERIE
2
La forêt de mon père

Après vingt ans passés à faire des courts métrages, la belge Vero Cratzborn passe au long. Elle y concentre ses obsessions sur l’adolescence, la famille, la marge pour un résultat qui oscille entre tension mélodramatique et démonstration édifiante mais qui respire l’intégrité. On s’inscrit dans les pas de Léonie, jeune fille de quinze ans, aînée d’une fratrie qui grandit en HLM entre une mère responsable et un père fantasque. Tout juste viré de son job d’élagueur, Jimmy présente des symptômes psychiatriques inquiétants qui vont bouleverser l’ordre familial...

Christophe Narbonne
Tout simplement noir (2020)
3
Tout simplement noir

Une comédie bordélique dans laquelle la mise en scène ne cache jamais le vrai sujet : la présence des Noirs dans le cinéma français

Pierre Lunn
GALERIE
3
Park

Un premier long-métrage venu de Grèce. La réalisatrice Sofia Exarchou filme une bande d’adolescents et de jeunes gens sans attache, errant dans les ruines du village olympique construit pour les J.O. de 2004, mais laissé à l’abandon depuis. Un décor fascinant qu’Exarchou utilise comme l’allégorie d’un pays délabré, abandonné, peuplé par une jeunesse désespérée et condamnée à tourner en rond dans les ruines d’une splendeur passé.

Frédéric Foubert
AFFICHE
3
Lucky strike

Depuis l’émergence de Park Chan-wook et Bong Joon-ho, le polar “made in Séoul” s’est taillé une solide réputation avec un ton et une structure bien établis : beaucoup d’humour noir, de violence, de personnages, d’intrigues et de décrochages temporels. Le premier film de Kim Yong-hoon ne déroge pas à la règle en racontant, via une demi-douzaine de personnages, les conséquences dramatiques engendrées par la perte d’un sac bourré de billets qu’un employé indélicat a rapporté chez lui.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
Malmkrog

Monumental. Ecrasant. Impressionnant. Et forcément intimidant. Le nouveau Puiu et ses 3h20 est tout cela à la fois et bien plus encore. L’homme de La Mort de Dante Lazarescu adapte Trois entretiens du russe Vladimir Soloviev, publié à la fin du 19ème siècle. Soit exactement la période où se déroule l’intrigue, divisée en six chapitres au cœur d’un vaste manoir dans une région non précisée. Un groupe de Russes y sont réunis et échangent sur la guerre, la religion, la mort, l’amour, la morale...

Thierry Chèze
AFFICHE
4
BROOKLYN SECRET

De la difficulté d’être une trans philippine sans papiers dans l’Amérique de Trump. Tel pourrait se résumer ce film d’Isabel Sandoval (elle- même transexuelle) sur une aide- soignante en quête d’un mariage blanc, pour laquelle craque le petit fils de la femme dont elle s’occupe. Et s’il brasse de nombreux sujets sociétaux, Brooklyn secret est avant tout le portrait d’une femme entraînée dans un amour qu’elle croyait impossible, avec une double peur au ventre : celles de l’expulsion et de la réaction de l’homme qu’elle aime le jour où il apprendra qu’elle est trans.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
LES PARFUMS

En 2012 sortait L’Air de rien, le premier long métrage prometteur de Grégory Magne, coréalisé avec Stéphane Viard. On y suivait déjà Grégory Montel dans un road-trip aux côtés de Michel Delpech en vieux chanteur endetté qui traînait en tournée son huissier! Un buddy movie doux-amer qui témoignait d’un regard plein de tendresse pour les personnages. Les Parfums reprend ce principe des contraires qui doivent s’accepter le temps de déplacements riches en situations et en rencontres semi-cocasses.

Christophe Narbonne
AFFICHE
2
LE COLOCATAIRE

Méconnu en France (la moitié de ses films est sortie directement en vidéo), Marco Berger n’a qu’une obsession : montrer, comme ici, l’attirance refoulée entre des personnages masculins. Le réalisateur argentin y suit le séducteur Juan qui prend pour colocataire un collègue de travail, le veuf et taiseux Gabriel. Juan a une compagne, Gabriel, une petite fille élevée par sa grand-mère. Berger n’entretient pas le mystère bien longtemps. Une main nonchalamment posée sur une cuisse, des corps délibérément exhibés...

Christophe Narbonne
AFFICHE
2
JUMBO

Le temps est décidément aux histoires d’amour hors normes sur grand écran. Après le génial Yves de Benoît Forgeard où le personnage de Doria Tillier tombait raide dingue d’un frigo intelligent, Zoe Wittock a imaginé pour son premier film un coup de foudre tout aussi improbable entre la jeune gardienne de nuit d’un parc d’attraction… et le manège star du lieu qu’elle a baptisé Jumbo. Mais les points communs entre les deux films s’arrêtent là. Car si Forgeard évoluait comme à belle habitude dans une ambiance de folie douce, Zoe Wittock a choisi, elle, un registre plus dramatique.

Thierry Chèze
The Hunt (2020)
3
THE HUNT

« Nous soutenons nos réalisateurs et contribuerons de distribuer les films de ces créateurs visionnaires et audacieux, comme ceux de ce thriller satirique et social, mais nous comprenons que ce n'est pas le bon moment pour sortir ce film », écrivait en août dernier Universal Pictures au sujet de The Hunt. Pris dans une improbable polémique après trois tueries de masse aux Éta

François Léger
AFFICHE
2
BENNI

Nina a 9 ans et un rêve : revenir vivre chez sa mère qui, incapable de s’en occuper, l’a laissée dans les mains des services sociaux où elle a développé une colère qu’elle peut de moins en moins contenir. Surtout quand cette mère – célibataire, avec deux autres enfants à charge – lui promet qu’elle va enfin l’accueillir sans tenir son engagement. Pour son premier long, Nora Fingscheidt signe un film sous haute tension et à la limite du supportable, au fil des crises de rage de cette enfant de 9 ans, pourtant entourée par des éducateurs attentionnés donnant tout pour la sauver d’elle-même.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
NOUS, LES CHIENS

Moong-Chi est un chien heureux, habitué à vivre en maison en compagnie de son maître. Lorsque ce dernier l'abandonne subitement au milieu de la forêt, le toutou se retrouve obligé de vivre en meute avec d'autres laissés pour compte de son espèce. La meute découvre la liberté et cherche à échapper à la folie des hommes en se rendant sur des terres réputées désertiques...

François Léger
3 JEUNESSE SAUVAGE

Tourner un film sur la délinquance juvénile avec des acteurs amateurs issus des quartiers est à la mode, qu’on pense à Corniche Kennedy, L’Atelier ou Shéhérazade. Autant de films situés au bord de la Méditerranée, tout comme Jeunesse sauvage, portrait d’un groupe de voleurs de rue sétois.

Christophe Narbonne
Nous les chiens
2
NOUS, LES CHIENS

Moong-Chi est un chien heureux, habitué à vivre en maison en compagnie de son maître. Lorsque ce dernier l'abandonne subitement au milieu de la forêt, le toutou se retrouve obligé de vivre en meute avec d'autres laissés pour compte de son espèce. La meute découvre la liberté et cherche à échapper à la folie des hommes en se rendant sur des terres réputées désertiques...

François Léger
AFFICHE
2
MON NOM EST CLITORIS

Nécessaire et engagé, ce documentaire traite de la sexualité féminine avec les intéressées. Le début du film commence par une question anodine toute droit sortie du Petit Prince « Dessine-moi un clitoris ». La succession de croquis aussi différents que surréalistes témoignent de l’ignorance des interrogées sur le sujet. Entre rires et pudeurs, les jeunes filles scrutées au plus par la caméra vont alors confier leurs expériences, leurs sensations, et révélées leurs souffrances et leurs doutes.

Sophie Benamon
AFFICHE
3
L'OMBRE DE STALINE

En 1933, Gareth Jones est un journaliste politique anglais aussi ingénu qu’ambitieux -et qui possède la belle gueule de James Norton, souvent cité comme potentiel nouveau James Bond et vu par exemple dans l'excellente mini-série de la BBC Guerre et paix (2016) avec la fine fleur des jeunes acteurs british. Gareth, donc, part à Moscou sur un coup de tête en rêvant d’interviewer Staline.

Sylvestre Picard
AFFICHE
0
FILLES DE JOIE

Il y a un gros problème de cohérence du récit et de logique dans ce film qui suit trois femmes menant une double vie : filles des quartiers pauvres du Nord de la France le matin, prostituées dans une maison close en Belgique l’après-midi. Mais les héroïnes de Filles de joie n’ont rien de Fantine des temps modernes. Jamais on ne sent l’urgence de la précarité les menacer. On apprend que l’une d’elles (Noémie Lvovsky alias Dominique alias Circé) est infirmière dans un hôpital !

Sophie Benamon