Mon Cousin
3
MON COUSIN

L’irréductible Kounen se serait-il assagi ? L’enfant terrible parti sur les terres de la VR et des docs fumants aurait-il finalement décidé de rentrer dans le rang ? Sinon que vient-il faire à la tête de cette comédie inspirée par les comédies françaises popus des 70s ? Pierre (Vincent Lindon) est le PDG d’un alcoolier très puissant. Tous les cinq ans, il doit renouveler le contrat qui le lie à son cousin Adrien (François Damiens). Ce dernier est son antithèse : dépressif, maladroit, il a depuis des années délégué son pouvoir sans jamais demander de comptes. Mais cette fois, c’est terminé.

Pierre Lunn
AFFICHE
1
AUTONOMES

Après N’importe qui, son documentaire sur la représentation politique, François Bégaudeau s’est intéressé aux personnes qui choisissent de vivre en autosuffisance. Du marginal qui habite dans la forêt aux familles qui s’installent dans une ferme collective, le réalisateur passe en revue ces hommes et ces femmes ayant opté pour un mode de vie alternatif. Un sujet pleinement d’actualité à l’heure où l’on tente de redonner la primeur aux circuits courts. Sauf qu’au fil de ces histoires qui s’enchaînent, certaines paraissent hors sujet, comme cette longue séquence avec le magnétiseur.

Sophie Benamon
AFFICHE
2
À CŒUR BATTANT

Un couple fait l’amour. La caméra les filme sensuellement, en champ contre-champ très serré. Bébé pleure. Julie se lève précipitamment devant le regard subjectif de Yuval. Le sexe, c’est fini, tout comme le suspense esthétique de cette scène : on comprend que le couple dialogue par écrans interposés, elle à Paris, lui à Tel Aviv. La cinéaste va-t-elle tenir ce pari fou de nous faire vivre leur relation à distance pendant 1h30 suivant le même procédé ? Elle y parvient plutôt, oui.

Christophe Narbonne
AFFICHE
4
JOSEP

Voilà un film qui fait regretter encore plus l’annulation du Festival de Cannes cette année. Tant il paraît évident que cette manifestation (dont il a reçu le Label 2020) aurait joué le rôle de tremplin mérité dans la carrière du premier long métrage du dessinateur Aurel, à l’image de ce qu’a pu vivre l’an passé Jérémy Clapin avec J’ai perdu mon corps, de sa sélection à la Semaine de la critique jusqu’aux Oscars et aux César. Mais le sort en a décidé autrement.

Thierry Chèze
3 KAJILLIONAIRE

C’était il y a quinze ans déjà. On découvrait à la Semaine de la critique cannoise le nom de Miranda July avec son premier long métrage, Moi, toi et tous les autres. Auréolée d’une Caméra d’or, ce film venait en réalité de Sundance où July avait suivi un atelier d’écriture. On y retrouvait tous les stigmates d’un cinéma indé américain poético-intello (on ne disait pas encore bobo) où des êtres faussement banals se réinventaient un quotidien par la seule force de leur singularité. Des superhéros sans capes ni collants en somme, avec l’amour de l’autre comme unique et bel horizon.

Thomas Baurez
AFFICHE
4
UN PAYS QUI SE TIENT SAGE

À intervalles réguliers, le cinéma s’essaie à rebondir sur l’actualité récente. Mais ce geste se révèle souvent une course-poursuite perdue d’avance : le temps de fabrication d’un film rend rapidement son propos obsolète ou bégayant avec ce qu’on a pu voir ou lire entre-temps sur le sujet. Soit tout le contraire de ce Un pays qui se tient sage, le premier documentaire pour le grand écran de David Dufresne, consacré à l’analyse des affrontements violents récents et à répétition entre la police et les manifestants contre la politique du gouvernement.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
BILLIE

Elle s’appelait Eleanora Harris Fagan. Mais c’est sous le nom de Billie Holiday qu’elle a par sa voix écrit quelques-unes des plus grandes pages de l’histoire du jazz. Avec Billie, James Erskine ambitionne de résumer son œuvre impressionnante et sa vie mouvementée en 98 minutes. Et ce n’est pas la moindre de ses gageures ! Car, en lieu et place d’une biographie classique, de sa naissance en 1915 à sa disparition à seulement 44 ans, le réalisateur choisit un récit sortant des sentiers battus.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
L’ORDRE MORAL

Inconnue en France, Maria Adelaide Coelho da Cunha est une pionnière du féminisme européen comme le montre ce très beau film de Mário Barroso. Riche héritière, elle sera internée de force par son mari après avoir quitté le domicile conjugal pour vivre avec son amant roturier.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
LA FEMME QUI S'EST ENFUIE

À chaque nouveau film de Hong Sang-soo, on évolue en territoire connu. De l’alcool à foison, un récit construit au gré de rencontres impromptues, un rythme envoûtant où langueur ne rime jamais avec longueurs, et une mise en images qui bouscule cet envoûtement par des mouvements de zooms aussi inattendus que soudains. Son nouvel opus obéit à ces règles. Une femme, dont le mari est en voyage, rend visite à trois amies. Et à chaque fois, un homme surgit et interrompt le fil de leurs conversations. Est-on face à trois amies ou à trois variations de la même personne ?

Thierry Chèze
AFFICHE
1
AILLEURS

Un jeune homme fuit une forme translucide menaçante qui semble le pourchasser. Il parcourt un monde désertique à moto, recueille un oiseau nullement effrayé par le monstre… Avant toute chose, précisons qu’il s’agit ici d’un premier film d’animation réalisé entièrement par un jeune Letton de 25 ans – également auteur de la musique électro, très réussie. On peut saluer le tour de force que cela représente tout en en montrant les limites.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
FIN DE SIÈCLE

Ocho et Javi, deux inconnus de passage à Barcelone se rencontrent par hasard et font l’amour dans un appartement de location. Très vite, les deux hommes réalisent qu’ils se connaissent déjà et qu’ils ont vécu une histoire sans lendemain il y a vingt ans. Dans cette romance gay racontée sur plusieurs décennies, le cinéaste argentin Lucio Castro restitue avec une justesse désarmante la fièvre qui entoure les débuts d’une passion amoureuse et la façon dont cette même passion, aussi fugace soit-elle, transforme parfois l’existence d’un individu.

Julia Mothu
Affiche Les Apparences
3
LES APPARENCES

Variant les genres et les univers, de Copacabana à La Ritournelle en passant par Pauline détective, Marc Fitoussi aborde pour la première fois le thriller grâce à cette adaptation du roman de Karin Alvtegen, Trahie. Une adaptation très libre, à commencer par la ville où se déroule l’action – Vienne au lieu de Stockholm – et son désir d’ajouter au suspense un portait de la communauté des Français expatriés dans cette capitale. Henri et Eve en font partie. Il est chef d’orchestre, elle travaille à l’Institut français. Leur couple suscite l’admiration.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
ONDINE

Ça commence par un cliché : une rupture entre deux amants à la terrasse d’un café. Elle, les yeux embués de larmes ; lui, essayant péniblement de la réconforter. Et puis cette menace, lâchée dans un sanglot par la jeune femme : « Si tu me quittes, tu dois mourir ! » Le cliché se fissure soudain de partout et prend l’allure d’un conte, d’une mythologie. Elle, elle s’appelle Ondine, comme la sirène légendaire qui peut sauver un coeur perdu mais doit se faire aimer en retour ad vitam aeternam sous peine de devoir tuer son amant.

Thomas Baurez
Éléonore
1
ÉLÉONORE

Amro Hamzawi (scénariste de 20 ans d’écart) passe derrière la caméra avec une comédie sur l’acceptation de soi dont le rôle principal est tenu par sa petite soeur, Nora, la chroniqueuse punchy de Quotidien, vue dans Doubles Vies d’Olivier Assayas. Que faire quand on n’arrive pas à réaliser son rêve et que tout le monde vous pousse à embrasser la réalité ? Éléonore, « wanabee » romancière, écoute donc sa mère et sa soeur autoritaires et accepte un boulot chez un éditeur spécialisé dans les romans érotiques (impassible André Marcon).

Sophie Benamon
AFFICHE
1
PIERRE CARDIN

Après le savoureux Cyril contre Goliath de Thomas Bornot qui égratignait la statue du Commandeur, ce documentaire entend remettre l’Église au centre du village de Lacoste et célébrer ce révolutionnaire de la mode qu’était Pierre Cardin en retraçant sa vie. Et nul ne parle mieux de Pierre Cardin que Pierre Cardin lui-même dans des archives où il apparaît aussi visionnaire que prétentieux, en diva qui assume de l’être.

Thierry Chèze
Blackbird affiche française
2
BLACKBIRD

Lily et Paul, un couple de septuagénaires, décident de réunir leur famille pour un week-end. Au menu : une soupe à la grimace dure à avaler. Car Lily, atteinte d’une maladie incurable, a décidé de mettre fin à ses jours. L’annonce de ce choix va dès lors servir de détonateur à un feu d’artifice de rancoeurs longtemps enfouies. L’originalité n’étouffe guère ces règlements de compte sur fond de mort qui rôde, et le réalisateur de Coup de foudre à Notting Hill ne révolutionne pas le genre.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
SING ME A SONG

Au début des années 2010, Thomas Balmès filmait dans Happiness l’apprentissage du petit Peyangki, placé dans un monastère par sa mère pauvre. En parallèle à la vie monastique, Peyankgi découvrait les joies procurées par l’installation de l’électricité dans son petit village retiré du Bhoutan. Qu’est-il devenu ? C’est la question posée par Sing me a song, où l’on retrouve Peyangki, aujourd’hui jeune adulte. Toujours moine, il possède désormais, comme tous ses camarades, un smartphone sur lequel il passe son temps à surfer, même en priant !

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
STRIPPED

Stripped arrive après Chained et Beloved, sortis coup sur coup au début de l’été. Il vient ainsi compléter la « Love Trilogy » telle que baptisée par le cinéaste israélien Yaron Shani. Ces trois fictions peuvent se voir dans n’importe quel ordre, les films se suffisant à eux-mêmes. Il s’agit d’une étude sur les rapports homme-femme dans la société israélienne d’aujourd’hui. Tel Aviv sert à chaque fois de toile de fond.

Thomas Baurez
AFFICHE
3
LUX AETERNA

On l’avait un peu oublié.

Sylvestre Picard
AFFICHE
1
LA MAQUISARDE

Adaptation de son propre roman éponyme, inspiré par l’histoire de sa mère, le premier film de Nora Hamdi raconte comment une jeune paysanne algérienne devient une maquisarde après un tragique concours de circonstances. Nous sommes en 1956, la guerre d’Algérie bat son plein. Capturée par l’ennemi, la jeune femme se retrouve enfermée dans un lieu secret aux côtés d’une ancienne résistante française convaincue de terrorisme.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
HONEYLAND

Nommé deux fois aux Oscars 2020 (au titre de meilleur documentaire et meilleur film en langue étrangère), Honeyland suit le quotidien de Hatidze, une apicultrice macédonienne à l’ancienne, sans protection (ou presque), qui veille jalousement à l’équilibre de ses essaims et sur sa vieille mère défigurée et impotente. Un « couple » improbable, éminemment romanesque, que l’arrivée d’une famille turque dans son voisinage immédiat vient perturber.

Christophe Narbonne
2 TRIO

Un jour qu’elle marchait dans la rue, Ana Dumitrescu a entendu une musique qui l’a envoûtée. « Immédiatement est né le désir d’un film. » Et de fait, les notes qui sortent du violon de Gheorghe déchirent le cœur. Trio est autant le portrait d’un musicien qu’un regard sur la culture tzigane. Le parti pris est de filmer le quotidien de Gheorghe, aux côtés de sa femme, ses enfants et ses petits-enfants, sans essayer d’y dénicher un quelconque folklore. Et de fait, on se demande parfois ce qu’on fait là dans cette petite cour gorgée de soleil où il ne se passe pas grand-chose.

Thomas Baurez
AFFICHE
3
AFRICA MIA

Le producteur de musique et documentariste Richard Minier retrace le parcours d’un groupe pionnier de la world music, Las Maravillas de Mali. Leur histoire commence en 1964, juste après l’indépendance du Mali quand le Cuba naissant de Fidel Castro cherche à brasser les cultures et invite de jeunes musiciens africains à venir se former de l’autre côté de l’Atlantique. Mais, outre la mise en lumière d’un groupe méconnu, ce qui est véritablement passionnant dans ce documentaire, c’est la quête personnelle – l’acharnement pourrait-on même dire ! – de Richard Minier à retrouver les Maravillas.

Sophie Benamon
AFFICHE
4
LES CHOSES QU’ON DIT, LES CHOSES QU’ON FAIT

C’est en 1999 qu’on a découvert en salles le travail d’Emmanuel Mouret. Tout juste diplômé de la Fémis, son film de fin d’études, Promène-toi donc tout nu !, connaît en effet les honneurs du grand écran. Il y joue lui-même un jeune homme soumis à un ultimatum (24 heures pour décider s’il vit ou non avec sa copine) et à qui sa meilleure amie propose de jouer à être sa petite amie pendant cette journée pour lui prouver que toutes les filles se valent. Promène-toi donc tout nu !

Thierry Chèze
AFFICHE
4
ANTOINETTE DANS LES CÉVENNES

On a découvert Caroline Vignal en 2000 avec son premier long métrage, Les Autres Filles. Un récit initiatique sur les premiers émois d’une ado cherchant à s’extraire d’un cocon familial en pleine déliquescence. Sélectionné à la Semaine de la critique et accueilli chaleureusement par la critique, ce film n’a pourtant pas permis à sa réalisatrice d’enchaîner… Et ce n’est donc que vingt ans plus tard qu’elle nous donne de ses nouvelles avec ce qui est à ce jour l’un des plus beaux scénarios de cette année 2020.

Thierry Chèze
J'irai mourir dans les Carpates affiche
2
J’IRAI MOURIR DANS LES CARPATES

Vous connaissez forcément sa trogne d’indécrottable voyageur, qui a fait son métier de se filmer autour de la planète, alors qu’il négocie avec les locaux un coin où passer la nuit. Antoine de Maximy passe pour la première fois à la fiction cinématographique avec J’irai mourir dans les Carpates, déclinaison de son émission phare, J’irai dormir chez vous (qui avait donné naissance en 2008 à un épisode sur grand écran : J’irai dormir à Hollywood).

François Léger
Adolescentes (2020)
4
ADOLESCENTES

En fin d’année dernière, le cinéaste Sébastien Lifshitz exposait au Centre Pompidou à Paris son imposante collection de photographies dites vernaculaires, nom barbare pour désigner les clichés non artistiques : photos de famille, publicitaires, scientifiques... Le cinéaste qui écume depuis son plus jeune âge les marchés aux puces à la recherche de cette production a priori jetable donc « impure » et « déconsidérée », nous avait alors dit ceci : « Il y a une mémoire derrière chacune de ces images. Elles délivrent une vérité documentaire incomparable.

Thomas Baurez
4 YUKI, LE SECRET DE LA MONTAGNE MAGIQUE

 

Sylvestre Picard
La Daronne
2
LA DARONNE

Attention, il y a une légère tromperie sur la marchandise : la bande-annonce de La Daronne fait mine de nous vendre une comédie décontractée à la Romain Gavras, façon Le Monde est à toi, avec Isabelle Huppert en dealeuse de shit toisant des cailleras en survêt et tout un tas de répliques formatées pour devenir cultes (« La galérance, elle est finie ! »). De loin, le film ressemble ainsi à un nouveau spécimen de cette « Zazasploitation » qui fait fureur depuis le Elle de Paul Verhoeven. « Zazasploitation » ?

Frédéric Foubert
AFFICHE
3
LE FANTÔME DE LAURENT TERZIEFF

Qu’il est bon d’entendre la voix (si belle voix !) de Laurent Terzieff parler de son métier, de sa vie, des acteurs et des auteurs. Le principal attrait de ce documentaire complet est qu’il laisse la parole au comédien et metteur en scène décédé en 2010, grâce à un excellent travail de recherche d’archives. Les nombreux témoignages de proches (acteurs qu’il a dirigés, auteurs qu’il a mis en scène...) viennent habilement compléter ce portrait complexe d’une figure artistique majeure du XXe siècle.

Sophie Benamon