Date de sortie 18 septembre 2013
Durée 94 mn
Réalisé par Justine Triet
Avec Laetitia Dosch , Vincent Macaigne , Marc-Antoine Vaugeois
Distributeur Shellac
Année de production 2013
Pays de production France
Genre Comédie dramatique
Couleur Couleur

Synopsis

6 mai 2012, deuxième tour des élections présidentielles. Laetitia, journaliste télé, doit couvrir l'événement au cœur de la foule, rue de Solférino. C'est également le jour où Vincent, son ex, débarque, sûr de son droit de visite, pour revoir ses deux petites filles. C'est parti pour la bataille !Autour d'eux, les gamines déchaînées, un baby sitter submergé, un nouveau mec vaguement «incrust», un avocat misanthrope, la jubilation et la détresse des français. Aujourd'hui, c'est dimanche, tout s'emmêle, rien ne va plus !...

Offres VOD de La Bataille de Solférino

ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Cinemasalademande SD HD Cinemasalademande 4.99 € Louer
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter

Toutes les séances de La Bataille de Solférino

Dernières News sur La Bataille de Solférino

Que vaut Victoria de Justine Triet ? [critique]

Portrait tragicomique d’une trentenaire à la ramasse, Victoria confirme le talent de Justine Triet après La Bataille de Solferino.

Photos de La Bataille de Solférino

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

La Bataille de Solférino

La bataille de Solferino

La bataille de Solferino

Affiche Française

La bataille de Solferino

La bataille de Solferino

La bataille de Solferino

La bataille de Solferino

La bataille de Solferino

Critiques de La Bataille de Solférino

  1. Première
    par Stephanie Lamome

    Pour son premier long métrage, Justine Triet parvient miraculeusement à organiser un bordel quasi documentaire. Entre la foule qui s’amasse de manière exponentielle rue de Solferino, l’appartement de Laetitia avec ses enfants qui braillent la couche à l’air, son baby-sitter dépassé et son ex, incarnation du chaos en T-shirt sale, la jeune réalisatrice
    capte une hystérie collective pleine de dissonances à la fois drôle et anxiogène. Il faut voir Laetitia (Dosch), le visage défait puis recomposé cinq secondes après pour assurer ses directs, persécutée par la présence ahurie de Vincent (Macaigne), dont on ne saura jamais s’il est effectivement cinglé. Enfin un film qui propose une vision alternative des
    trentenaires d’aujourd’hui, leur énergie foutraque, leur précarité – qu’elle soit sociale, économique ou morale. Alléluia !