Toutes les critiques de 7 Psychopathes

Les critiques de Première

  1. Première
    par Gérard Delorme

    De La Fête à Henriette à Adaptation, le thème du film en train de s’écrire a toujours inspiré les cinéastes. Dans 7 Psychopathes, Martin McDonagh (Bons Baisers de Bruges) s’y
    attaque avec un appétit vorace. Très vite, l’histoire part en sucette, mélangeant réalité et fantasmes. La réalité, c’est une paire d’amis dysfonctionnels (Sam Rockwell et Christopher Walken) et l'influence qu'ils ont sur l’avancée du travail d’écriture du scénariste (Colin Farrell). Les fantasmes, eux, s’expriment dans les dialogues, pour décrire ce que le récit pourrait devenir. Farrell rêve d’un polar zen où les protagonistes se réuniraient dans le désert pour discuter paisiblement, alors que Sam Rockwell plaide pour les clichés les plus sanglants. Il y a beaucoup d’idées, mais elles sont trop désorganisées pour donner un résultat cohérent. Le meilleur vient des comédiens, en particulier de Christopher Walken, qui arrive à rendre subtil et touchant un personnage a priori limité.

Les critiques de la Presse

  1. Minneapolis Star Tribune
    par Colin Cobert

    Un film qui vous secoue et vous laisse dans un état frivole et exultant.

  2. NewYorker
    par David Denby

    Un film désordonné, absurde et hilarant qui vous met de bonne humeur et vous fait oublier tous vos soucis un instant.

  3. 20 Minutes
    par Caroline Vié

    Tous les acteurs rivalisent de cabotinage décomplexé devant un réalisateur qui les a visiblement encouragés à en rajouter une louche. Ce festival de saynètes n’a d’autre ambition que de faire rire et y parvient souvent. On ne regrette pas d’avoir partagé la folie de ces psychopathes.

  4. A nous Paris
    par Fabien Menguy

    Avec ses personnages grandioses et ses situations rocambolesques, le réalisateur du tarantinesque Bons Baisers de Bruges nous offre une nouvelle comédie policière bien cintrée.

  5. Rolling Stone
    par Peter Travers

    Quel film de junkie n’aurait pas aimé avoir ce casting de joyeux lurons composés de Christopher Walken, Sam Rockwell et Woody Harrelson dans un film qui s’appelle les « 7 psychopathes ». Un film délirant et incensé.

  6. Critikat.com
    par Raphaëlle Pireyre

    Faisant la part belle aux seconds rôles (parmi lesquels défilent Tom Waits, Harry Dean Stanton, Michael Pitt) et jonglant entre scènes de guerre, évocation du film de mafia et western, 7 Psychopathes traduit un goût immodéré et communicatif du cinéma.

  7. Libération
    par Bruno Icher

    Chaque personnage recèle une pléthore de secrets reliés aux histoires annexes, le tout finissant par se rejoindre, souvent au mépris de toute logique narrative. Et c’est assez heureux tant la galerie de dingos dans le film ressemble, de prime abord, à une mauvaise caricature de film de gangsters.

  8. Metro
    par Marilyne Letertre

    Si Martin McDonagh fait toujours mouche avec ses personnages cinglés, ses acteurs en roue libre et son humour grinçant, ce nouveau film, plus sage et moins abouti que les précédents, déçoit légèrement.

  9. Le Canard Enchainé
    par La rédaction du canard enchaîné

    Dirigée par Martin McDonagh cette pochade met en scène autant de dingues qu'il en faut pour ensanglanter l'écran. Sans que l'on sache s'il s'agit d'un délire de scénario ou d'une folie de la réalité.

  10. Public
    par La rédaction de Public

    Âmes sensibles s'abstenir, voici un film destroy à la sauce Tarantino avec de vrais morceaux de barjots dedans et dix injures par minute.

  11. Reel Film Reviews
    par James Berardinelli

    Pendant 75 minutes, on dirait que ce film est plutôt qualitatif, bruyant, cinétique, futé et brutal, une fois ce temps écoulé, la fin est gâchée.

  12. Voici
    par Ariane Valadié

    Un polar furieusement frappadingue, mâtiné de poésie et d'absurde. Dans la veine de "Bons baisers de Bruges", mais que l'étirement un peu vain rend moins enthousiasmant.

  13. Detroit News
    par Tom Long

    « 7 Psychopathes » est aussi dément qu’il en a l’air mais pas aussi judicieux qu’il nous laisse croire.

  14. Washington Post
    par Ann Hornaday

    Un condensé de tous les clichés du film Hollywoodien par excellence.

  15. San Francisco Chronicle
    par Mick LaSalle

    « 7 psychopathes » fait vraiment parti des déceptions de cette année.

  16. Wall Street journal
    par Joe Morgenstern

    Cette violence vous épuise, tout comme ces personnages complètement atteints. Ce film ne soumet que le désir de tuer.

  17. Ecran Large
    par Sandy Gillet

    Dommage qu’une telle brochette d’acteurs soit envoyée ainsi au casse-pipe d’une histoire aussi insipide que finalement convenue.

  18. Miami Herald
    par René Rodriguez

    Une bonne heure de comédie sanglante et hilarante, qui tient en haleine, après cela on commence à bailler.

  19. Les Inrocks
    par Vincent Ostria

    Une clownerie policière prétencieuse.

  20. A voir à lire
    par Virgile Dumez

    Est-il vraiment pertinent aujourd’hui de commencer son film par une présentation ironique de tous les personnages avec un arrêt sur image et leur surnom en incrustation ? N’a-t-on pas déjà vu chez d’autres cinéastes (notamment chez les frères Coen) ces intrigues absurdes où tout commence par un fait divers anodin pour se terminer dans un bain de sang par le jeu des hasards et coïncidences ? A force de vouloir à tout prix faire de son second long-métrage une œuvre culte, Martin McDonagh perd donc une grande part de spontanéité. Heureusement, ces défauts patents sont en partie compensés par le jeu des acteurs, tous excellents. Si Colin Farrell apparaît légèrement en retrait à cause de son rôle de narrateur, on est totalement séduit par les dérapages contrôlés de Sam Rockwell et de Woody Harrelson. Toutefois, le grand gagnant est sans aucun doute Christopher Walken qui retrouve enfin un rôle à sa (dé)mesure. Il irradie l’écran de sa présence tout en livrant une prestation émouvante et nuancée. De quoi oublier les quelques tics irritants d’une œuvre gigogne inégale, mais au fort potentiel culte.

  21. Ecran Large
    par Sandy Gillet

    Dommage qu’une telle brochette d’acteurs soit envoyée ainsi au casse-pipe d’une histoire aussi insipide que finalement convenue.

  22. Time Out
    par Alexandre Prouvèze

    C’est musclé, décousu, avec un certain humour noir, un peu comme du Oliver Stone en mode ultraparodique ; ce qui n’est certainement pas plus mal. Toutefois, l’ensemble manque cruellement de cohérence, et ne parvient pas non plus à opter pour un surréalisme plus efficacement délirant. Bref, le type même du film qui souhaiterait devenir culte, mais qui n’est qu’amusant et dispensable.

  23. StudioCiné Live
    par Laurent Djian

    Un bordel pétaradant, ambiance série B roublarde post-Snatch. Si McDonagh ne rivalise pas avec ses modèles Ritchie et Tarantino (on regrette ce ventre mou au milieu), son exercice de style n'en a pas moins du chien.

  24. L'Express
    par Julien Welter

    Le cinéaste a un don pour installer de jolis moments d'émotion au beau milieu de ces pérégrinations rocambolesques. Si le tout ne restera pas dans les annales, le divertissement se savoure.

  25. Le Monde
    par Thomas Sotinel

    Cette mise en abyme n'est pas sans charme (...) mais elle exploite la mine de clichés qu'offre la Californie avec tant d'enthousiasme que l'originalité disparaît sous ces lieux communs.

  26. Toutlecine.com
    par Camille Esnault

    Martin McDonagh revient avec 7 Psychopathes, un film hallucinatoire à l'humour noir et au casting impeccable. Malgré un manque de cohérence globale, le film séduit par sa réflexion sur le mécanisme cinématographique ainsi que par ses quelques morceaux de bravoures.

  27. Le JDD
    par Jean-Pierre Lacomme

    Quand un scénariste hollywoodien en panne d’inspiration croise le chemin de deux voleurs de chiens et d’un gangster revanchard, cela donne un film tourné sous acide. Ce côté déjanté ne manque pas de charme mais finit par lasser.

  28. Les Fiches du cinéma
    par La redaction de Les Fiches du Cinema

    Cinq ans après "Bons baisers de Bruges", ces plus discutables "7 psychopathes" maintiennent l'intérêt pour un cinéaste inspiré par le thriller et l'humour noir.

  29. Chronic'art
    par Emannuelle Spadacenta

    Un film qui s'embrouille à coups de bavardages et qui se déroule dans un rythme décousu et éreintant.

  30. Nouvel Obs
    par Nicolas Schaller

    Casting en or pour film en toc ! Après « Bons Baisers de Bruges », Martin McDonagh – lui-même scénariste et irlandais, au cas où vous n’auriez pas saisi la mise en abyme – signe cette sous-tarantinerie qu’on croirait sortie du tréfonds des années 1990. Même Guy Ritchie n’oserait plus faire un film pareil.

  31. Le Figaro
    par Eric Neuhoff

    Le réalisateur, enivré de sa propre virtuosité, se regarde filmer, s'autorise à faire ce qu'il veut ; larguant en route toutes les amarres. Résultat: on hausse les épaules. Puis on bâille. Pourtant, Martin McDonagh avait signé l'épatant Bons baisers de Bruges. Comme quoi.

  32. Excessif / TF1 News
    par La rédaction de Excessif / TF1 News

    En dépit de quelques interactions savoureuses entre les acteurs, ça ressemble très vite à de la poussière sur du vide. Grisé par le succès-surprise de son précédent long métrage, McDonagh a eu les yeux plus gros que le ventre en convoquant un casting en or (Colin Farrell, Christopher Walken, Sam Rockwell, Woody Harrelson ou encore Tom Waits) et en lui donnant des bouts de scène à jouer, comme dans un film-à-sketches. Faute de substance, "7 Psychopathes" n'en finit plus de démarrer.

  33. Télérama
    par Guillemette Odicino

    Au départ, une bonne idée : la mise en abyme du thriller à tueurs multiples à travers l'histoire d'un scénariste en mal d'inspiration et (très) mal conseillé. A l'arrivée, un exercice de style alambiqué, long et agaçant, surtout vers la fin. Beaucoup de psychopathes pour rien !