Les Beaux Gosses
Pathé

Le dessinateur de BD Riad Sattouf passe ici avec succès derrière la caméra.

Dans le cadre de sa soirée Adoland, Canal+ diffuse ce soir à 20h50 la comédie de Riad Sattouf, Les Beaux Gosses. Ce film sorti en 2009 au cinéma traite des amours adolescentes. Elle a pour sujet Hervé (Vincent Lacoste), un ado de 14 ans au physique ingrat, fils unique d'une mère dépressive. Si au collège, il ne connaît pas une incroyable réussite, c'est parce que ses pensées sont mobilisées par les filles. Malheureusement pour lui, il accumule râteau sur râteau. Jusqu'au jour où Aurore (Alice Trémolières), l'une des plus jolies filles de sa classe, semble tomber sous son charme. Avec un soupçon de SuperGrave, Les Beaux Gosses dresse un portrait drôle et sans concession de l'adolescence. Un monde en perpétuelle mutation où l'on apprend à dompter ses émotions. Lors de sa sortie en salles, le film avait séduit plus de 900 000 personnes, avant d'être nommé trois fois aux César 2010 dans les catégories Meilleur premier film (qu'il a remporté), Meilleur espoir masculin (pour Vincent Lacoste) et meilleure actrice dans un second rôle (pour Noémie Lvovsky).

Voici la critique de Première : "Si Les Beaux Gosses a bien des airs d’American Pie made in France, c’est avant tout un film très personnel qui brasse des influences diverses : Larry Clark (Kids) pour le côté naturaliste et cru, Patrick Schulmann (P.R.O.F.S.) pour l’héritage franchouillard assumé, les BD Fluide Glacial pour l’esprit punk et régressif. D’autant plus tordant qu’il est à peine caricatural, Les Beaux Gosses dresse en creux un portrait terrible de l’adolescence, cet âge où les pulsions hormonales se heurtent aux limites d’un physique souvent ingrat et d’un mental friable. Derrière son apparente nonchalance, le mol Hervé subit à la fois son prénom et une mère envahissante (Noémie Lvovsky, décidément taillée pour la comédie) qui lui demande chaque jour s’il s’est bien branlé ! Déjà culte."

Bande-annonce :