Tom et Jerry
Warner Bros.

Tim Story (Les Quatre Fantastiques, Mise à l'épreuve, Shaft…) revient au cinéma avec une adaptation de Tom et Jerry. Le réalisateur nous raconte comment il a mélangé live action et animation pour redonner vie aux personnages cultes.

C’est vous qui avez fait part à Warner Bros. de votre envie de remettre Tom et Jerry au goût du jour ? 
Non, du tout. En fait je déjeunais avec l’une des productrices, et elle m’a parlé de ce nouveau projet de film autour de Tom et Jerry. Marrant, parce que j’ai littéralement grandi avec ces cartoons. Je veux dire que j’étais totalement obsédé, je les regardais constamment et je connais pratiquement tous les épisodes par coeur. Par contre, j’avais du mal à voir comment transformer ça en film… Mais j’ai lu le script et je l’ai trouvé super drôle. Le scénario parvenait à conserver l’esprit des personnages, et je savais que visuellement, tout le monde voulait se rapprocher le plus possible du modèle 2D traditionnel. Donc je n’avais pas à m’inquiéter d’un passage à la 3D qui aurait sûrement été un peu étrange, puisqu’on allait mélanger la 2D et le monde réel.

Ce qui peut avoir un côté casse-gueule…
C’est sûr. On s’est posé des milliers de questions. Déjà, il fallait que les deux univers interagissent le plus possible, c’était la base. À quoi bon les mélanger si ce n’est pas pour y aller à fond ? Et à un moment, on a décidé que les personnages animés auraient leurs propres « règles », différentes des nôtres. Exactement comme dans les cartoons. Par exemple, ils ne peuvent pas mourir : on peut les couper en deux, ils vont remettre en un morceau sans que ce soit un problème. Donc les possibilités étaient infinies. Par contre, quand on est focalisé sur les acteurs humains, il s’agissait de trouver le bon équilibre. Impossible de faire du slapstick complètement timbré avec eux, parce qu’il ne fallait justement pas qu’ils deviennent des personnages de cartoon. Chacun sa place.


Dans le film, Tom et Jerry ne parlent pas, comme c’était déjà le cas dans les dessins animés. C’était une évidence ?
C’était déjà dans le script. Mais j’étais complètement d’accord avec ça. Dans les cartoons, Tom pouvait chanter de temps en temps, et ils poussaient parfois des cris, mais rien de plus. Pas de dialogues à proprement parler. Et ça me semblait super important de rester là-dessus. Les vrais fans de Tom et Jerry m’auraient sûrement crucifié si j’avais décidé de les faire parler ! Et puis on a utilisé les enregistrements originaux des « cris » de William Hanna [le co-créateur de Tom et Jerry], ce qui en a rassuré beaucoup quand on a dévoilé le trailer.

Qu’est-ce qui rend les personnages de Tom et Jerry intemporels ?
L’attention portée aux détails dans la comédie est proprement stupéfiant. C’est de l’humour très « physique », même leur façon de communiquer entre eux passe par l’action. Ça crée un rythme très spécial et c’est absolument fascinant à regarder. Et puis ça ne fait pas de mal qu’ils détruisent absolument tout dès qu’ils rentrent dans une pièce (Rires.) C’est un rêve de gosse de pouvoir tout péter dans une maison, non ? Ça doit être pour ça que les mômes aiment tellement ces personnages.

Avez-vous étudié le film d’animation de 1992 pour comprendre ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas ? Ou bien avez-vous décidé de vous en éloigner le plus possible pour ne pas polluer votre imagination ?
C’est drôle, c’est sûrement la première fois que je l’admets, mais je n’ai jamais vu ce film ! Je me sentais à l’aise avec ce que je voulais faire et je n’ai jamais vraiment douté de notre vision des personnages. Évidemment, je suis revenu à la source, aux cartoons, mais je n’avais pas besoin de me confronter au long-métrage de 1992. Tout était déjà dans les dessins animés d’Hanna et Barbera.

Vous avez réalisé les deux premiers films Les Quatre Fantastiques. Marvel Studios a annoncé qu’un nouveau long-métrage est en préparation. Qu’est-ce que vous en pensez ?
Je trouve que c’est fantastique - sans mauvais jeu de mots ! À l’époque, on était limités par la technologie. Et je suis persuadé que mon grand ami Kevin Feige [le patron de Marvel Studios] est capable de faire quelque chose d’incroyable avec cet univers, d’aller bien plus loin que moi. Je crois qu’au moment où on a fait ces films, c’était le bon choix de partir vers quelque chose de plus « réaliste », de plus sombre. C’est ce qui m’animait, j’avais envie de ça. Depuis, les choses ont bien changé, mais ce sera très amusant de voir d’autres artistes s’approprier cet univers et ces personnages. Et puis le MCU permettra de les confronter à d’autres super-héros, ce que je n’avais pas pu faire à l’époque. Et ça, ça va vraiment être cool. Je suis un immense fanboy et j’ai très envie de voir ça !

Tom et Jerry, actuellement au cinéma.

A lire aussi sur Première

Léa Seydoux : "Avec Bond, j'ai l'impression de rentrer dans la grande histoire du cinéma"

Oubliez les cheveux bleus, dans 007 Spectre, Léa Seydoux incarne une femme fatale en robe lamée, nouvel amour de l’agent double zéro sept, à l’agenda plus que trouble. On a eu la chance d'intercepter Léa pour lui parler de Craig, de Cruise et… de Bond.