Gambol The Dark Knight
Warner Bros.

"Je trouve ce montage bizarre. Cela n'a jamais été conçu comme une scène de mort en fait", explique Michael Jai White dans une récente interview.

Le mafieux Gambol n'est pas le personnage qui vient tout de suite à l'esprit quand on repense à The Dark Knight... Hormis sa présence face à Heath Ledger dans la fameuse scène "Why so serious", sa participation à l'histoire est restée très secondaire. Pourtant, il était censé jouer un rôle plus important dans le film et dans les autres films Batman, selon l'acteur Michael Jai White, qui parle dans ComicBookMovie.com

"On m'avait parlé à l'époque d'un plan pour Gambol, qui devait revenir et essayer de prendre le contrôle de Gotham City. Je pense que beaucoup de ces plans ont été abandonnés après ce qui est arrivé à Heath... Je ne sais pas. On ne m'a jamais dit concrètement pourquoi ce changement (dans le scénario) avait été fait. Parce que quiconque voit le film se pose la question de savoir ce qui est arrivé à mon personnage. Il y a cette espèce de coupe nébuleuse dans le montage."

Il précise sa pensée : "Vous savez, Gambol a ce couteau dans sa bouche et ensuite, pouf, il se retrouve par terre. Avec un film avec un budget de cette taille, il y a rarement des zones d'ombre comme celle-là. Mon personnage n’a pas été écrit pour mourir ici à la base. Du coup, je trouve ce montage bizarre. Cela n'a jamais été conçu comme une scène de mort en fait".

Michael Jai White confie ensuite que son expérience sur The Dark Knight a été résolument mitigée, notamment en raison du décès de Heath Ledger qui a suivi, quelques mois après: "J'en garde un souvenir un peu doux-amer parce que Heath n'est plus avec nous. C’est difficile pour moi de dire aujourd'hui que c’était génial, en sachant ce qu'il s'est passé après. Mais c'était une excellente occasion de travailler avec quelqu'un comme Christopher Nolan. C'était incroyable. Un tel génie. Christopher Nolan et Heath Ledger sont tellement incroyables, mais aussi certaines les personnes les plus accessibles que j'ai pu rencontrer dans ce milieu. C'était vraiment le bonus de travailler sur ce film."