DR

Depuis le 22 juin, les salles de cinéma ont à nouveau le droit de retrouver du public, mais…

Le monde de la culture et le cinéma en particulier a subi de plein fouet la pandémie et sa conséquence : le confinement. Fermées durant de longues semaines, les salles de cinéma ont enfin eu le droit, le 22 juin dernier, de recevoir à nouveau du public, mais avec un protocole sanitaire strict et peu convivial, pas forcément en adéquation avec le moment de détente que devrait être une séance de cinéma.

En parallèle, aux Etat-Unis, gros pourvoyeur de pellicules (a fortiori l’été, période des blockbusters), la situation est plus compliquée pour les salles et les films ne sortent pas vraiment ou sont sans cesse décalés. Black Widow, le dernier James Bond, Tenet ou même Wonder Woman 1984 restent dans le flou quant à leur date de sortie.

Ainsi, Le Monde révèle que près de 10 % du parc de salles est encore fermé en France et que ce n’est pas vraiment la panacée pour les autres : "Entre cent et deux cents cinémas, répartis sur tout le territoire français, ont gardé porte close", écrit le quotidien.  

Le public ne s’étant pas, c’est le moins qu’on puisse dire, rué vers les salles avec la réouverture. Le seuil de rentabilité avec les contraintes sanitaires est parfois difficile à atteindre. Mais tout n’est pas noir et beaucoup misent sur la fin de l’année : "S’il n’y a pas de deuxième vague du Covid, le dernier trimestre proposera une offre très riche, grâce aussi aux films populaires français, comme Les Tuche 4. Mais pour l’instant, je préfère garder de la trésorerie et rouvrir quand le marché sera plus porteur", explique par exemple M. Klisaric, un exploitant, au journal. 

Masques obligatoires en lieux clos : Et au cinéma ?

A lire aussi sur Première