Max von Sydow dans l'exorciste
Warner Bros. France

Il était âgé de 90 ans.

L’un des méchants les plus emblématiques de l’histoire du cinéma vient de nous quitter. Connu pour ses nombreux rôles chez Ingmar Bergman, dans Flash Gordon, Les Trois jours du Condor, L’Exorciste, Jamais plus jamais ou encore Minority Report, Max von Sydow s’est éteint à l’âge de 90 ans. "C’est le cœur brisé et avec une infinie tristesse que nous avons l’extrême douleur de vous annoncer le départ de Max von Sydow le 8 mars 2020", a annoncé son épouse, la productrice Catherine von Sydow.

Éclectisme et longévité. Voilà deux mots qui résument bien l’immense carrière de Max von Sydow. Propulsé sur le devant de la scène par Ingmar Bergman, qui le fera tourner six fois (Le Septième sceau, Les Fraises sauvages…) dans les années 1950 et 1960, l’acteur suédois joue Jésus dans l’épique et maudit La Plus Grande Histoire jamais contée (1965). Dans les 70’s, il assoit sa réputation internationale avec flair : ses performances en prêtre dans L’Exorciste de William Friedkin ou en tueur à gages aux trousses de Robert Redford dans Les Trois jours du Condor de Sidney Pollack resteront à jamais à la postérité.

Max von Sydow Les Trois jours du Condor
Les Acacias

Dans les années 1980, Sydow change un peu de registre. Il joue toujours des méchants, tout en se découvrant un amour pour la SF. On le retrouve ainsi en Empereur Ming dans Flash Gordon, en roi Orsic au côté d’Arnold Schwarznegger dans Conan le Barbare et dans un petit rôle dans le Dune de David Lynch. Dans S.O.S. Fantômes 2, il double même Vigo des Carpates, le sorcier maléfique coincé dans un tableau. Ce qui ne l’empêche pas de jouer en parallèle pour Bertrand Tavernier (La Mort en direct) ou d’incarner Blofeld dans Jamais plus jamais.

En 1989, il est nommé à l’Oscar du meilleur acteur pour Pelle le conquérant, qui avait reçu la Palme d’or à Cannes quelques mois plus tôt avec "mention pour la contribution exceptionnelle de Max von Sydow". En 1991, il nous hypnotise en narrateur de l’intro d’Europa, de Lars von Trier, avec son timbre de voix inimitable.

 

La suite de son parcours continuera à dessiner une improbable filmographie, avec toujours de la SF (Judge Dredd, Minority Report), mais aussi pas mal de films oubliés ou oubliables (La neige tombait sur les cèdres, Au-delà de nos rêves, Vercingétorix : La Légende du druide roi…). Le comédien polyglotte n’est jamais là où on l’attend : comme lorsqu’il est abattu par Yvan Attal après avoir kidnappé Noémie Lenoir dans Rush Hour 3

Inusable, l’acteur devenu français en 2002 attaque fort la décennie 2010 en tournant pour Martin Scorsese (Shutter Island) et Ridley Scott (Robin des bois), avant de décrocher sa seconde nomination aux Oscars, sans prononcer le moindre mot, pour son second rôle dans Extrêmement fort et incroyablement près de Stephen Daldry puis de jouer un croque-mort pour Bouli Lanners dans Les Premiers, les Derniers. Sans oublier de rester un papi pop pour la nouvelle génération avec son rôle de la Corneille à trois yeux de Game of Thrones et bien sûr son apparition dans le premier film de la nouvelle trilogie Star Wars, Le Réveil de la Force.

Acteur chic et culte, Max von Sydow a donc tiré sa révérence, laissant en deuil plusieurs générations de cinéphiles. Edgar Wright a ainsi salué la mémoire de celui qui a marqué le cinéma "de sa présence iconique pendant sept décennies (…) Un Dieu."