Le dernier duel
20th Century Studios/Flammarion

Comment l’une des plus célèbres affaires criminelles de la France médiévale a inspiré Le Dernier duel, au cinéma le 13 octobre.

Dès sa publication originale en 2004, Le Dernier duel est apparu sur le radar hollywoodien. Non seulement son sujet se range d’emblée dans la catégorie "ça ferait un bon film" (c’était d’ailleurs une rubrique défunte du magazine Première, qui imaginait un film à partir d’un bouquin), mais en plus le livre avait l’allure d’un scénario quasiment prêt à tourner. Eric Jager, professeur de littérature médiévale (comme Henry Jones senior) à l’Université de Californie – Los Angeles, romance à peine une des plus fameuses affaires criminelles de la France médiévale, bien qu’il traite son ouvrage comme de sa "première publication commerciale".

En 1386, sous le règne du jeune et instable Charles VI, un chevalier normand accuse un écuyer d’avoir violé sa femme. Il réclame de régler l’affaire à l’aide du "jugement de Dieu", c’est-à-dire armes à la main, dans le cadre d’un duel judiciaire d’une brutalité inouïe dont le vainqueur sera déclaré détenteur de la vérité. Ce sera le dernier duel de ce type en France (tous les autres duels seront livrés en-dehors du cadre légal). L’histoire du conflit entre Jean de Carrouges (Matt Damon), son épouse Marguerite (Jodie Comer) et Jacques Le Gris (Adam Driver) est véritablement passionnante à lire (le bouquin est disponible en poche aux éditions Flammarion). Surtout, comme Eric Jager utilise évidemment les sources judiciaires de l’époque, il écrit cette tragédie à la manière de ces docu-fictions true crimes qui captivent le Ridley Scottpublic. Tout est là : il suffit d’un minimum de boulot pour tirer un script correct du Dernier duel. Pour le même prix, Jager fournit même un super titre.

Le Dernier Duel : comment Matt Damon, Ben Affleck et Nicole Holofcener se sont partagés le scénario

Guerre, politique, religion, procès : Le Dernier duel, le livre, raconte en creux les ambitions seigneuriales d’un guerrier déchu qui se laisse consommer par son orgueil et la rivalité qui l’oppose à son ancien ami. Face à une matière aussi riche, où il serait aisé de se noyer, comment en tirer une histoire ? Tout est affaire de découpe, comme l’affirme Paul Veyne dans son magistral essai Comment on écrit l’histoire, l’historien mettant en évidence les parallèles entre écrire une fiction et écrire l’Histoire. Quel récit extraire de la matière historique ?

En taillant dans la masse des documents, Le Dernier duel découpe à l’arme blanche un drame judiciaire de notre temps sur "la puissance des hommes" et la domination des femmes, mais ce n’est pas un film opportunément #MeToo (écrit par Jager en 2004, le livre consacre des pages entières au viol au Moyen-âge, dont le viol conjugal). En prenant la relève des premiers réalisateurs pressentis pour le film (Martin Scorsese, Francis Lawrence), Ridley Scott ne se limite pas à filmer une bonne histoire vraie "qui ferait un bon film". Le trio de scénaristes Ben Affleck/Matt Damon/Nicole Holofcener n’ont pas construit Le Dernier duel comme un thriller judiciaire où la narration suit le procès et ses retournements de situation, mais en donnant trois points de vue différents sur l’affaire (la victime, son mari et l’accusé) afin de défaire le récit historique de son prisme masculin.  

Le Dernier duel est un nouveau sommet pour Ridley Scott [critique]

Et à l’arrivée, Sir Ridley creuse ses thèmes : la beauté de l’illustration visuelle, les tueurs et les sociétés qui les acceptent, la place des femmes face à la violence des hommes. D’ailleurs, combien de fois Ridley Scott a tourné une "histoire vraie" ? 1492 Christophe Colomb, La Chute du faucon noir, American Gangster, Tout l’argent du monde et maintenant Le Dernier duel, en attendant House of Gucci… Autant dire que la true story n’est pas une tendance de sa filmographie. Ça n’a jamais été une fin en soi. Ridley Scott ne s’efface pas devant cette histoire de haine et de violence canalisées à travers le droit et la foi. Il n’en fait pas une "histoire vraie" appartenant à un temps révolu de barbares féodaux, mais un film à l’actualité encore sanglante. Un film découpé à l’épée, et la plaie est toujours ouverte.

Le Dernier duel, avec Adam Driver, Jodie Comer, Matt Damon et Ben Affleck, sort en salles le 13 octobre. Bande-annonce :


A lire aussi sur Première

Ridley Scott analyse l'échec du Dernier duel et blâme les Millenials

C'est l'un des plus beaux films qu'il a réalisé ces dernières années et pourtant, c'est certainement l'un de ses plus gros bides... Le cinéaste britannique tente de comprendre...