Affiche - Sous les étoiles de Paris
2
SOUS LES ÉTOILES DE PARIS

Six ans après avoir traité des sans-abri dans son documentaire Au bord du monde, Claus Drexel renoue avec le sujet en passant par le prisme toujours casse-gueule du conte, qui pousse souvent à charger un peu trop la barque. Comme c’est le cas ici avec la rencontre entre deux solitudes – une SDF qui vit depuis des années sous un pont parisien, et un migrant de 8 ans perdu et séparé de sa mère sur le point d’être expulsée.

Thierry Chèze
Une vie secrète affiche
3
UNE VIE SECRÈTE

Après le décevant Lettres à Franco d’Alejandro Amenábar et l’épatant Josep d’Aurel, un trio de cinéastes espagnols raconte l’histoire singulière d’un partisan républicain qui, pour échapper aux troupes franquistes, décide de se cacher chez lui avec sa femme. Une maison qui va devenir sa prison pendant des décennies, car la peur l’empêchera de mettre un pied dehors tant qu’un voisin pourrait le dénoncer.

Thierry Chèze
GALERIE
0
VORTEX

Huit films en huit ans. Christophe Karabache, réalisateur underground passé par le cinéma et le documentaire expérimental, tourne vite. Trop vite. Dans son nouveau long métrage, il orchestre la rencontre sanglante et vénéneuse entre un tueur incestueux (sic) et une femme mystérieuse organiquement liée à la nature qu’elle abreuve de son sang menstruel (re-sic).

Christophe Narbonne
AFFICHE
2
ISRAËL, LE VOYAGE INTERDIT : PESSAH

Ce quatrième et dernier volet du documentaire fleuve de Jean-Pierre Lledo sur sa découverte d’Israël et sa confrontation avec les préjugés s’articule autour de la célébration de la fête de Pessah – où les Juifs commémorent l’exode hors d’Égypte – pour comprendre ce qui fait la résilience et l’âme de ce peuple. Le réalisateur qui a vécu en Algérie toute sa vie essaye, en compagnie de sa fille, d’analyser le rejet d’Israël par les pays arabes.

Sophie Benamon
AFFICHE
2
GARÇON CHIFFON

POUR. Et si finalement la plus belle preuve de réussite du premier long de Nicolas Maury se trouvait dans ce pour/contre ? Dans cette impossibilité à obtenir un consensus devant une œuvre qui précisément le fuit et par là même séduit autant qu’elle peut agacer. Celui que Dix pour cent a propulsé sur le devant de la scène passe derrière la caméra avec un film éminemment personnel (il se déroule pour partie dans le Limousin qui l’a vu naître) et pourtant pas autobiographique.

La Rédaction
Affiche ADN
2
ADN

La mort d’un grand-père algérien provoque la tristesse et les retrouvailles de sa famille… ADN commence dans le chaos, une collection d’instants saisis à la volée où s’agitent des personnages dont on va peu à peu finir par comprendre les liens de parenté.

Frédéric Foubert
AFFICHE
2
100% LOUP

Freddy, un ado membre d’une famille de loups-garous nommée Lupin, se change en caniche le jour de sa transformation rituelle. Exclu de son clan, il doit pour revenir parmi les siens récupérer la « pierre de lune » volée par un glacier italien parano… Voilà un film d’animation ni pire ni meilleur que les autres du point de vue du character design et du rythme des vannes, souvent scatos, et dont on comprend vite qu’il vise un public très enfantin : les adultes vont s’ennuyer poliment, mais les plus jeunes seront probablement ravis devant les aventures du sympathique Freddy.

Sylvestre Picard
Petit vampire (2020)
4
PETIT VAMPIRE

Joann Sfar avait affirmé son statut d’auteur au cinéma avec un biopic pas comme les autres sur Serge Gainsbourg et son polar shooté comme un giallo, La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil (2015). Succès et César pour le premier, flop sévère pour le deuxième. Est-ce que redonner vie sur grand écran à sa BD Petit vampire serait une tentative de se refaire ? De jouer la sécurité ? Pas vraiment, puisque comme nous l’explique l’intéressé page 68, c’est un projet de très longue date (la BD d’origine a commencé en 1999) qui a été réactivé grâce à un producteur motivé.

Sylvestre Picard
Miss Affiche
3
MISS

Un couple de concierges portugais qui a le mal du pays mais que leurs proches et leurs employeurs vont tout faire pour les retenir à Paris. Alex, un jeune homme de 24 ans qui entreprend de réaliser son rêve de gamin : devenir Miss France. Deux films, deux ambiances et pourtant une même logique chez Ruben Alves : partir d’un sujet à forte consonance sociétale pour emmener son récit vers la comédie attachante et populaire. Ne pas se servir de ces thématiques – qui donnent si souvent naissance à ces soporifiques films à sujet – mais les servir.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
PENINSULA

Belle surprise de 2016, Dernier Train pour Busan réinventait à lui tout seul la grammaire visuelle du film de zombies, avec un film sanguin et racé pratiquement totalement en huis clos. Depuis, Yeon Sang-ho a fait une halte chez les super-héros (Psychokinesis, disponible sur Netflix), avant de retourner aujourd’hui aux morts-vivants avec Peninsula.

François Léger
Poly
1
POLY

Sept ans après Belle et Sébastien, Nicolas Vanier revisite un nouveau feuilleton télé imaginé par Cécile Aubry autour de l’amitié entre un petit garçon et un poney shetland. Ici, exit le garçonnet. Place à une petite fille, qui a suivi sa mère divorcée dans un village du Sud où elle va libérer ledit poney des griffes du propriétaire d’un zoo.

Thierry Chèze
AFFICHE
4
MICHEL-ANGE

Il y a le monolithique de 2001 et, désormais, le bloc de marbre blanc de Michel-Ange. Dans les deux cas, son apparition cristallise les passions et c’est sur leur surface à priori lisse que se fracassent les mystères du monde. « Ce n’est pas un bloc, c’est un monstre ! » éructe ici Michel-Ange. En se confrontant à l’un des artistes les plus immenses de l’histoire de l’humanité, Andreï Konchalovsky (Runaway Train, Tango & Cash…) devait savoir où placer l’esthétique de son récit : lové dans une Renaissance dorée ou au contraire dans la fièvre et dans la boue.

Thomas Baurez
AFFICHE
2
ISRAËL, LE VOYAGE INTERDIT – PARTIE II : POURIM

Jean-Pierre Lledo est un documentariste franco-algérien dont l’œuvre est consacrée à l’histoire de l’Algérie. Né de père catholique et de mère juive, à Tlemcen, il s’est établi dans le pays de sa naissance et a rompu tous liens avec la partie « juive » de sa famille. Jusqu’à boycotter Israël et refuser de se rendre à l’enterrement de son oncle maternel.

Sophie Benamon
Adieu les cons affiche
4
ADIEU LES CONS

Après un détour multi-Césarisé par l’adaptation d’une œuvre préexistante (Au revoir là- haut), revoici Albert Dupontel à la tête d’un film entièrement écrit par ses soins. Mais d’un projet à l’autre, qu’il l’ait initié ou non, Dupontel construit surtout une œuvre de plus en plus conséquente célébrant à sa manière – empathique et bien secouée –, cousine de celle du duo Délépine- Kervern, les accidentés de la vie, les marginalisés par une société trop cynique pour eux.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
CITY HALL

Dans son précédent film, Monrovia, Indiania, le documentariste Frederick Wiseman plongeait en terre trumpiste, avec un regard neutre d’observateur. City Hall, où il revient dans sa ville de naissance, Boston, obéit à une autre logique. La maestria de sa mise en images, de son récit au long cours des différentes actions quotidiennes des services publics de la ville reste intacte. Mais le choix de cette ville dirigée depuis 2014 par Marty Walsh n’a rien d’innocent.

Thierry Chèze
AFFICHE
1
LAST WORDS

Le cinéaste de Mondovino, Jonathan Nossiter, n’avait pas donné de nouvelles depuis 2014 avec un documentaire sur son amour du vin naturel et biodynamique et du cinéma (Résistance naturelle). Devenu cultivateur en permaculture autour du lac volcanique de Bolsena, en Italie, oeuvrant à faire revivre des légumes et des fruits biologiques ancestraux, il avait mis le cinéma de côté. Il nous revient avec Last Words, un drame apocalyptique labellisé Cannes 2020, dont l’action se déroule en 2086, alors que la terre est un désert sans eau ni électricité.

Sophie Benamon
AFFICHE
2
LES ÉQUILIBRISTES

Le titre est explicite à plus d’un titre : il désigne aussi bien le personnel – soumis à des émotions contraires – d’une unité de soins palliatifs filmés par la réalisatrice que la forme même de son documentaire, sur un fil entre reportage, journal intime et dispositif expérimental.

Christophe Narbonne
AFFICHE
2
ISRAËL, LE VOYAGE INTERDIT – PARTIE II : HANOUKA

Jean-Pierre Lledo est un documentariste franco-algérien dont l’œuvre est consacrée à l’histoire de l’Algérie. Né de père catholique et de mère juive, à Tlemcen, il s’est établi dans le pays de sa naissance et a rompu tous liens avec la partie « juive » de sa famille. Jusqu’à boycotter Israël et refuser de se rendre à l’enterrement de son oncle maternel.

Sophie Benamon
AFFICHE
3
A DARK, DARK MAN

Avec La Tendre Indifférence du monde (2018), Adilkhan Yerzhanov s’est fait un nom. Comme tous les artistes issus de l’ex-giron soviétique, le cinéaste kazakh dénonçait la corruption organisée, la violence intrinsèque et la tragédie perpétuelle. Ce cousin caustique d’Andrey Zvyagintsev et de Sergei Loznitsa poursuit son chemin en traçant cette fois le portrait d’un jeune flic corrompu jusqu’à la moelle que sa rencontre avec une journaliste progressiste (chargée de le suivre pour un reportage) va pousser dans ses retranchements.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY

1863, dans un convoi qui progresse vers l’ouest, Martha Jane, 10 ans, est en route avec son père, son frère et sa soeur, vers un avenir meilleur. Elle vient de perdre sa mère. Destinée à être une jeune fille prête à marier, la gamine intrépide va braver les dangers. Pour son deuxième long métrage après le très beau et poétique Tout en haut du monde, le réalisateur Rémi Chayé a choisi de broder sur l’enfance de Calamity Jane. À la fois film d’aventures et réflexion sur la condition de la femme, ce western à hauteur d’enfant a tout pour plaire.

Sophie Benamon
Drunk affiche
3
DRUNK

Depuis ses débuts fracassants avec Les Héros et, surtout, Festen, Thomas Vinterberg s’amuse à faire craquer les vices enfouis sous une couche plus ou moins épaisse de vernis social. Dans son nouveau film, dont le titre ne fait pas mystère de son sujet, il raconte ainsi comment quatre profs de lycée décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle il faudrait vivre quotidiennement avec 0,5 g d’alcool dans le sang pour se sentir en pleine possession de ses moyens, désinhibé, entreprenant, créatif, etc.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
NO WAY

Stijn est l’un des derniers bergers néerlandais, et un cool : il tond ses moutons sur fond de hardrock et porte un chapeau de cow-boy. Faussement marginal, il se bat avec sa compagne contre les lobbies incitant à la surproduction et les décrets administratifs qui réduisent de plus en plus sa marge de manoeuvre et ses revenus. Combien de temps tiendra-t-il ? Comme Honeyland, sorti le mois dernier, No Way parle d’un monde rural qui résiste comme il peut à la mondialisation et à ses effets pervers sur l’environnement et la microéconomie.

Christophe Narbonne
AFFICHE
2
LA PREMIÈRE MARCHE

Pour leur premier documentaire, Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray ont braqué leur caméra sur quatre jeunes militants des droits LGBT « banlieusards » qui se sont lancés dans un combat jusqu’alors inédit : organiser la toute première Marche des Fiertés en Seine-Saint-Denis. Pendant six mois, les cinéastes ont accompagné les organisateurs dans chaque étape de cette folle entreprise, du choix du slogan aux prises de parole hésitantes dans les médias en passant par les longues réunions avec les élus locaux.

Julia Mothu
AFFICHE
2
UNA PROMESSA

Une femme dépèce un animal devant un vieillard qui, ensuite, l’asperge d’eau, lui demande de se dévêtir et de s’agenouiller devant lui. Le fantasme est sadique, l’humiliation, totale. L’homme est une sorte de mafieux, on ne sait pas trop ; la femme, une ouvrière qui travaille sous ses ordres dans une exploitation indéterminée où sont exploités inhumainement les migrants africains et les Italiens miséreux. Les frères Di Serio appuient là où ça fait mal avec un voyeurisme malsain et une violence graduelle.

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
PARIS CALLIGRAMMES

L’indépendance de l’Algérie, les manifestations contre la guerre du Vietnam, le Pop Art puis la poésie allemande… Autant de sujets qui font et forment à la manière d’un calligramme le film documentaire de la réalisatrice et artiste Ulrike Ottinger. Elle le dit elle-même : « Je lui ai donné la forme d’un poème-image filmique ». Paris Calligrammes est un plongeon dans les années soixante, plus exactement de 1962 (date d’arrivée de l’artiste à la capitale) à 1969.

La Rédaction
AFFICHE
3
EN ATTENDANT LE CARNAVAL

L’information est donnée par un intervenant : Toritama, ville moyenne du Nordeste, produit 20 % des jeans au Brésil. Une activité occupant à plein temps la majorité des 40 000 habitants pour qui le jean représente « l’or bleu », un miracle économique dont chacun entend profiter en montant son usine de fortune. Le titre du documentaire fait référence aux traditionnels jours de carnaval attendus par nos forçats de la couture, qui profitent de cette coupure annuelle pour aller à la plage et se ressourcer...

Christophe Narbonne
AFFICHE
3
MATERNAL

Pour son premier film de fiction, Maura Delporo s’aventure dans un couvent argentin – pays où l’avortement demeure illégal – où des héroïnes filles-mères sont accueillies à condition d’en respecter les règles. Une mission impossible pour beaucoup, courant après une liberté devenue pourtant utopique, entre leurs obligations maternelles, leurs relations avec des amants qui ont la main leste et ce quotidien entre quatre murs étouffants.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
ISRAËL, LE VOYAGE INTERDIT – PARTIE I : KIPPOUR

Jean-Pierre Lledo est un documentariste franco-algérien dont l’œuvre est consacrée à l’histoire de l’Algérie. Né de père catholique et de mère juive, à Tlemcen, il s’est établi dans le pays de sa naissance et a rompu tous liens avec la partie « juive » de sa famille. Jusqu’à boycotter Israël et refuser de se rendre à l’enterrement de son oncle maternel.

Sophie Benamon
Yalda, la nuit du pardon affiche
3
YALDA, LA NUIT DU PARDON

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, cette histoire a été inspirée par des faits bien réels. Un programme de téléréalité qui cartonne en Iran en s’appuyant sur un principe aussi simple que pervers : confronter un repris de justice à sa victime ou à un de ses proches pour obtenir son pardon. En l’occurrence ici : Maryam, 22 ans, condamnée à mort pour avoir tué accidentellement son mari sexagénaire et que seule la fille de ce dernier peut gracier.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
WE ARE SOLDIERS

Ils sont trois soldats. Trois volontaires ukrainiens partis guerroyer à la frontière avec la Russie et revenus blessés ou amputés. Ex-infirmière, elle aussi volontaire, Svitlana Smirnova a recueilli leurs témoignages sincères qui rendent moins compte de la situation géopolitique que de l’état d’esprit de ceux qui ont perdu beaucoup en route -leurs jambes, leurs illusions mais pas leurs convictions. Les mots sont simples comme leurs envies. Un documentaire sans pathos, frontal, un peu scolaire, qui raconte en creux un conflit ignoré par les grands médias internationaux.

Christophe Narbonne