Titre original Une execution ordinaire
Date de sortie 3 février 2010
Réalisé par Marc Dugain
Avec André Dussollier , Edouard Baer , Marina Hands
Scénariste(s) Marc Dugain
Distributeur StudioCanal
Année de production 2009
Pays de production FR
Producteurs Jean-Louis Livi
Genre Drame
D’après l’œuvre de Marc Dugain

Synopsis

L'Automne 1952.Une jeune médecin urologue et magnétiseur qui pratique dans un hôpital de la banlieue de Moscou cherche désespérément à tomber enceinte de son mari, un physicien désabusé qui ne survit que grâce à l'amour qui le lie à sa femme. Cette dernière est à son grand effroi appelée secrètement à soigner Staline, malade, et qui vient de se débarrasser de son médecin personnel. Le dictateur s'insinue dans le couple et installe avec la jeune femme une relation où se mêle confidences et manipulation. Tour à tour amical et pervers, le monstre livre son art de la terreur comme on ne l'a jamais vu.

Offres VOD de Une Execution Ordinaire

FilmoTV SD FilmoTV 2 € Louer 5  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
Imineo SD Imineo 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Photos de Une Execution Ordinaire

DR

Une Execution Ordinaire

Casting de Une Execution Ordinaire

Critiques de Une Execution Ordinaire

  1. Première
    par Damien Leblanc

    Au final, le choix de montrer la fin du règne stalinien permet évidemment de faire surgir la lumière. Dessinant un espoir final, Marc Dugain fait triompher son récit face au totalitarisme assassin. Plus que l'expression d'un optimisme béat, la séquence finale marque la cohérence globale du projet, qui cherche à faire revivre l'effrayant fantôme de Staline pour mieux s'en éloigner et s'en désolidariser. Mission accomplie.

  2. Première
    par François Cardinali

    Quant à André Dussollier, transformé par plus de trois heures de maquillage quotidien, il est un saisissant Staline, tel un gros chat à apparence placide mais capable d’une rare cruauté. Face à Marina Hands, dont l’émotion est à fleur de peau, Édouard Baer, en mari courage, est l’autre belle surprise du film.