Date de sortie 26 octobre 2011
Durée 93 mn
Réalisé par Vincent Paronnaud, Marjane Satrapi
Avec Mathieu Amalric , Edouard Baer , Maria de Medeiros
Scénariste(s) Vincent Paronnaud, Marjane Satrapi
Distributeur Le Pacte
Année de production 2011
Pays de production France, Allemagne, Belgique
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Téhéran, 1958.Nasser Ali Khan, musicien célèbre, a perdu le goût de vivre. Plus aucun instrument ne semble pouvoir lui redonner l'inspiration depuis que son violon a été brisé. Sa tristesse est d'autant plus forte que son amour de jeunesse, rencontré au coin d'une rue peu après cet incident, ne l'a pas reconnu.Après avoir cherché en vain à remplacer cet instrument reçu autrefois de son maître de musique, Nasser en arrive à la seule conclusion possible : puisque aucun violon ne peut lui procurer le plaisir de jouer, il se mettra au lit pour attendre la mort.Il envisage alors toutes les morts possibles : être écrasé par un train, sauter d'une falaise, se tuer d'une balle dans la tête, faire une overdose de médicaments... mais ne trouve aucune de ces issues digne de lui.Après tout, il était le meilleur violoniste de son temps : Nasser Ali Khan.Le film est présenté en compétition lors de la 68è Mostra de Venise.

Offres VOD de Poulet aux prunes

ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
ARTE FRANCE ARTE FRANCE 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 7.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Poulet aux prunes

Photos de Poulet aux prunes

DR
DR

Poulet aux Prunes

Poulet Aux Prunes

Casting de Poulet aux prunes

Mathieu Amalric
Nasser Ali Khan

Critiques de Poulet aux prunes

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Plus romancé [que Persépolis], Poulet aux prunes n’en reste pas moins ancré dans le réel puisque Nasser Ali Khan est inspiré d’un grand-oncle musicien, mort dans des circonstances obscures. Satrapi projette dans le film ses obsessions de la perte des illusions et du sens de la vie, sur lesquelles elle greffe une histoire d’amour poignante. C’est sans doute cet aspect qui a conditionné le choix de tourner un long métrage live plutôt qu’animé, le sentiment amoureux ayant, plus qu’un autre, besoin d’être incarné. Aucune image ne peut en effet sérieusement rivaliser avec la présence décalée de Mathieu Amalric ou la beauté grave de Golshifteh Farahani (révélation iranienne de Mensonges d’État et d’À propos d’Elly)... À la fois grotesque et bouleversant, poétique et littéraire, Poulet aux prunes, avec son récit à tiroirs qui mélange les temporalités et refuse l’analyse psychologique, évoque irrésistiblement le cinéma de Jean-Pierre Jeunet.