Date de sortie 17 novembre 2010
Durée 105 mn
Réalisé par Zabou Breitman
Avec Zabou Breitman , Nina Rodriguez , Julie-Marie Parmentier
Scénariste(s) Zabou Breitman
Distributeur Diaphana
Année de production 2010
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

On dit de Lou qu’elle est une enfant précoce. Elle a treize ans, deux classes d’avance et un petit corps qui prend son temps. Elle a une mère emmurée dans les tranquillisants, peu d’amis, et le ressenti aigu d’un monde qui va de travers.Lou doit faire un exposé sur une jeune femme sans abri. Elle en a vu une à la Gare d’Austerlitz. Une qui fait la manche, demande des clopes, s’endort sur la table du café lorsque Lou lui offre à boire pour l’interviewer.Elle a 18 ans, s’appelle No, Nora en fait mais tout le monde dit No, et bientôt Lou ne pourra plus se passer d’elle. Mais No est imprévisible, elle a grandi dans les foyers et elle ne ressemble à personne. Un jour, elle disparaît.Lou la recherche, sûre de ce besoin qu’elles ont l’une de l’autre. Lorsque No réapparaît à bout de forces, Lou sait ce qu’elle doit faire : No viendra vivre chez elle.

Offres VOD de No et moi

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de No et moi

Photos de No et moi

DR

No et Moi

Critiques de No et moi

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Avec sa complice Agnès de Sacy, elle [Zabou Breitman] signe une nouvelle adaptation pleine d’humanité, d’amour et de mélancolie que cristallise le personnage de Lou, petite surdouée délaissée par ses parents qui trouve une raison d’avancer et de se construire au contact de No. No, la jeune femme qui dit parfois oui, est son opposé : délurée, agressive, bavarde. Leurs premières rencontres, dans un bar où Lou est censée interviewer No, se transforment en rounds de boxe, avec la SDF dans le rôle de la puncheuse aveugle et son interlocutrice dans celui de l’encaisseuse patiente.
    L’apprivoisement progressif de No par Lou, et réciproquement, débouche ainsi sur de purs moments de grâce. L’alchimie entre Nina Rodriguez et Julie-Marie Parmentier conditionnait la réussite du film, toujours sur la corde sensible, rarement dans la sensiblerie malgré une voix off assez dérangeante.