Date de sortie 23 septembre 2009
Durée 107 mn
Réalisé par Philippe Godeau
Avec François Cluzet , Mélanie Thierry , Michel Vuillermoz
Scénariste(s) Philippe Godeau, Agnès de Sacy
Distributeur Wild Bunch Distribution
Année de production 2009
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Hervé, patron d'une agence de presse décide d'en finir avec l'alcool. Loin de tout et grâce aux autres, il parvient à combattre sa dépendance, en repartant vers une nouvelle vie.Adaptation du livre autobiographique d’Hervé Chabalier, publié aux éditions Robert Laffont, « Le dernier pour la route » met en scène son combat contre l’alcoolisme.

Offres VOD de Le Dernier pour la route

Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 8.99  € Acheter

Toutes les séances de Le Dernier pour la route

Photos de Le Dernier pour la route

DR
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE
PRODUCTION / PAN-EUROPEENNE

Le dernier pour la route

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

LE DERNIER POUR LA ROUTE (2009)

Casting de Le Dernier pour la route

François Cluzet
Hervé Chabalier

Critiques de Le Dernier pour la route

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Avec la modestie du débutant, Godeau s’est davantage attaché à soigner les personnages et les dialogues qu’à impressionner par des mouvements de caméra savants. Il en résulte des portraits d’une rare finesse, du héros un peu misanthrope mais observateur (Cluzet, d’une sobriété exemplaire) au camarade de chambrée aussi déconneur que dépressif (Vuillermoz, immense interprète). Sans didactisme excessif, sans surprise non plus (l’amourette tordue entre Hervé et une jeunette autodestructrice…), ce premier film impose d’emblée un regard à défaut d’un univers singulier.