Date de sortie 13 novembre 2019
Durée 81 mn
Réalisé par Pierre Creton
Avec Sophie Lebel , Sébastien Frère , Gaston Ouedraogo
Distributeur JHR Films
Année de production 2019
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Robert, Simon et Sophie vivent au bord de la Manche dans un quotidien d’habitudes. Nessim va entrer dans leur vie, suivi d’enfants, que la situation politique de l’Afrique menace. Tous ont traversé la Méditerranée pour se réfugier en France. Ils vont vivre tous ensemble en Normandie le temps d’un été.

Offres VOD de Le Bel Été

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Le Bel Été

Photos de Le Bel Été

AFFICHE
JHR Films / Andolfi / Procirep
GALERIE
JHR Films / Andolfi / Procirep
GALERIE
JHR Films / Andolfi / Procirep
GALERIE
JHR Films / Andolfi / Procirep
GALERIE
JHR Films / Andolfi / Procirep
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Le bel été, affiche

Le bel été, affiche

Yves Edouard (Robert)

Yves Edouard (Robert)

Le bel été, extrait

Le bel été, extrait

Pauline Haudepin (Flora), Amed Kromah (Amed), personnage

Pauline Haudepin (Flora), Amed Kromah (Amed), personnage

Amed Kromah (Amed), Pauline Haudepin (Flora)

Amed Kromah (Amed), Pauline Haudepin (Flora)

Critiques de Le Bel Été

  1. Première
    par Thomas Baurez

    Où sommes-nous ? Sur quel territoire ? Le réel semble rattraper la fiction, ou plutôt l’enveloppe, et oblige à ne pas essayer de trancher. Ici, l’intime est un continent propre à rassembler et à marier des corps étrangers. Nous sommes à Vattetot-sur-Mer en Normandie sur les terres de Pierre Creton, plasticien et cinéaste. Des Français accueillent des migrants venus de l’autre côté de la Méditerranée via l’association Des lits solidaires. On va vivre et observer cette cohabitation le temps d’un été. La mise en scène semble parfois tenir du dispositif resituant des conversations comme prises sur le vif. Le ton un tantinet lénifiant oblige à rester vigilant. Et puis, des séquences plus charnelles relancent la machine. Le film laisse toutefois une impression de sur-place où les sentiments semblent comme prisonniers d’euxmêmes.