Titre original Revengeance
Date de sortie 5 avril 2017
Durée 71 mn
Réalisé par Bill Plympton, Jim Lujan
Scénariste(s) Jim Lujan
Année de production 2016
Pays de production Etats-Unis
Genre Film d'animation
Couleur Couleur

Synopsis

Face-de-Mort, ancien catcheur et motard devenu sénateur, recherche activement Lana, une femme qui lui a volé un bien très précieux. Pour ce faire, il embauche quatre redoutables chasseurs de primes. Parmi eux, Rod Rosse, un peu moins performant que les autres, accepte de se lancer sur les traces de Lana. Mais cette mission pourrait bien être pour lui celle de tous les dangers...

Offres VOD de La Vengeresse

UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter

Toutes les séances de La Vengeresse

Photos de La Vengeresse

Critiques de La Vengeresse

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Lorsque l’ultra indépendant Bill Plympton a fini par jeter un œil sur le DVD de courts métrages que lui avait remis l’auteur de BD underground Jim Lujan, l’animateur de 70 ans a été emballé et a aussitôt proposé au junior une collaboration. Résultat, Lujan a imaginé une enquête délirante située dans une banlieue californienne emblématique, à la fois dépotoir de rêves brisés, creuset de comportements excessifs et réservoir d’imagerie americana. Après la destruction d’un repaire de bikers, un ancien catcheur devenu sénateur offre une prime à qui trouvera l’incendiaire suspectée, une strip-teaseuse qui a emporté avec elle un objet de la plus haute importance. À la suite du personnage principal Rod Rosse, un détective chauve assisté de sa mère, l’intrigue nous entraîne face à des chasseurs de primes sans scrupules, des bikers enragés et une secte de bigots armés ultra agressifs. En plus d’avoir écrit et dessiné les personnages, Lujan a fait les voix de pas moins de huit d’entre eux, et composé la musique punk funk. De son côté, Plympton a assuré la réalisation et s’est adapté au style de Lujan tout en conservant ses manières caractéristiques, son indépendance (le film est crowdfundé) et son sens de l’économie. La principale impression qui se dégage de cette collaboration improbable est celle d’une énergie inventive exubérante et débridée, au service d’une version animée et contemporaine des comics underground des années 60.