Titre original L?ordre et la morale
Date de sortie 16 novembre 2011
Réalisé par Mathieu Kassovitz
Avec Mathieu Kassovitz , Malik Zidi , Sylvie Testud
Scénariste(s) Mathieu Kassovitz, Pierre Geller
Distributeur UGC Distribution
Année de production 2011
Pays de production FR
Genre Film d'aventures, Drame

Synopsis

Avril 1988. Île d’Ouvéa, Nouvelle-Calédonie.Un groupe d’indépendantistes Kanaks attaque la gendarmerie de Fayaoué, tue 4 gendarmes et en enlève 30 qu’ils vont retenir en otage dans une grotte isolée sur cette toute petit île. L’État français envoie l’Armée avec 300 hommes et un véritable arsenal de guerre pour rétablir l’ordre.Entre le premier et le second tour des élections présidentielles, opposant François Mitterrand et son premier ministre Jacques Chirac, le capitaine Philippe Legorjus du GIGN va passer dix jours à négocier avec les différents acteurs de ce drame, sans parvenir à éviter l’assaut final qui conduira à la mort de 19 Kanaks et de 2 militaires.

Offres VOD de L'Ordre et la morale

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné HD UniversCiné 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de L'Ordre et la morale

Dernières News sur L'Ordre et la morale

L’Ordre et la Morale, de Mathieu Kassovitz, mérite une seconde chance

"Je ne sais pas pourquoi ça n’a pas marché", avouait le producteur du drame lors de sa sortie en DVD.

Les films à la télé du 23 novembre 2015

Spy Game, Indigènes, L'Ordre et la morale

Photos de L'Ordre et la morale

DR
DR

L'Ordre et la morale

L'Ordre et la morale

Casting de L'Ordre et la morale

Mathieu Kassovitz
capitaine du GIGN Philippe Legorjus
Malik Zidi
JP Perrot
Sylvie Testud
Chantal Legorjus
Philippe Torreton
Christian Prouteau

Critiques de L'Ordre et la morale

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    L’assaut de la grotte d’Ouvéa, épilogue sanglant de plusieurs années de contestation violente en Nouvelle-Calédonie, figure parmi les heures sombres de l’histoire de la Ve République. Commandant du GIGN à cette époque, Philippe Legorjus a consigné les faits dans un livre édifiant dont s’est inspiré Mathieu Kassovitz, qui interprète lui-même le supergendarme. Notre polémiste préféré y a vu, à juste titre, un moyen de dénoncer les manœuvres politiciennes dans ce qu’elles ont de plus immoral. Tous ceux qui aiment « Kasso » seront contents de voir qu’il a toujours la niaque et un talent de metteur en scène resté intact. (...) Précisons que Kasso a dû composer avec des moyens très limités, l’absence générale de profondeur de champ prouvant qu’il n’avait pas de quoi « habiller » l’image. La puissance d’évocation de son cinéma en fait oublier certaines faiblesses (interprétation inégale, raccourcis historiques), mais l’essentiel demeure : Kassovitz revient aux affaires, et c’est une bonne nouvelle pour le cinéma français.