Titre original El artista y la modelo
Date de sortie 13 mars 2013
Durée 105 mn
Réalisé par Fernando Trueba
Avec Jean Rochefort , Aida Folch , Claudia Cardinale
Scénariste(s) Jean-Claude Carrière, Fernando Trueba
Distributeur BAC Films
Année de production 2013
Pays de production Espagne
Genre Drame
Couleur Noir et blanc

Synopsis

Inspiré d’une histoire vraie. Eté 1943, dans la France occupée, non loin de la frontière espagnole. Marc Cros, célèbre sculpteur, vit une retraite paisible avec sa femme. Fatigué de la vie et de la folie des hommes, il est à la recherche d’une inspiration nouvelle. Mais rien ne semble le sortir de la monotonie ambiante. En hébergeant une jeune espagnole échappée d’un camp de réfugiés, le vieil artiste découvre une nouvelle muse et retrouve le goût du travail. Il démarre alors la sculpture de sa dernière œuvre….

Offres VOD de L'Artiste et son modèle

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de L'Artiste et son modèle

Photos de L'Artiste et son modèle

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

L'Artiste et son Modèle

L'artiste et son modèle

L Artiste et son modele

L Artiste et son modele

L Artiste et son modele

L Artiste et son modele

L Artiste et son modele

L artiste et son modele

L artiste et son modele

L artiste et son modele

L artiste et son modele

L artiste et son modele

L artiste et son modele

L artiste et son modele

L'artiste et son modele

Affiche Française

Critiques de L'Artiste et son modèle

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Aller voir un film pour de mauvaises raisons (reluquer une actrice dans le plus simple appareil, par exemple) peut parfois déboucher sur une divine surprise. Ce fut le cas, en son temps, avec La Belle Noiseuse, de Jacques Rivette, étroitement lié sur le plan narratif à cet Artiste et son modèle, dans lequel une inconnue revêche mais accorte débarque dans la vie d’un artiste et de sa femme, qui fut autrefois sa muse. La ressemblance s’arrête là, car si l’on prend plaisir à observer les formes d’Aida Folch, aussi libre que l’était Emmanuelle Béart, on est moins impressionnés par le traitement figé et illustratif de Trueba (le noir et blanc renforce le côté « taxidermiste » du film), à des années-lumière de celui, vivant et ambigu, de Rivette. On a alors l’impression d’assister à un court magistral sur l’art (bien fichu au demeurant et traversé de jolis moments) plutôt qu’à une réflexion sur le processus créatif, sur la beauté et la morbidité du geste artistique.