Date de sortie 13 novembre 2019
Durée 86 mn
Réalisé par Johannes Nyholm
Avec Peter Belli , Leif Edlund , Ylva Gallon
Scénariste(s) Johannes Nyholm
Distributeur Stray Dogs Distribution
Année de production 2019
Pays de production Danemark
Genre Film d'horreur
Couleur Couleur

Synopsis

Pour surmonter les problèmes que traverse leur couple, Elin et Tobias partent camper au coeur de la forêt suédoise. Mais des fantômes de leur passé resurgissent et, plus que jamais, les mettent à l'épreuve.

Offres VOD de Koko-di Koko-da

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Koko-di Koko-da

Dernières News sur Koko-di Koko-da

Entretien avec le réalisateur de Koko-di Koko-da

Rencontre avec Johannes Nyholm, un cinéaste suédois très habité.

Concours : des places pour Koko-di Koko-da

Un thriller dramatique au coeur d'une forêt suédoise.

Photos de Koko-di Koko-da

AFFICHE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
AFFICHE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
GALERIE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
GALERIE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
GALERIE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
GALERIE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
GALERIE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
GALERIE
Stray Dogs Distribution / Beofilm / Film i Väst
AFFICHE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Koko-di Koko-da, affiche

Koko-di Koko-da, affiche

Koko-di Koko-da, affiche

Koko-di Koko-da, affiche

Leif Edlund (Tobias)

Leif Edlund (Tobias)

Koko-di Koko-da, extrait

Koko-di Koko-da, extrait

Koko-di Koko-da, extrait

Koko-di Koko-da, extrait

Peter Belli (Mog), personnages

Peter Belli (Mog), personnages

Katarina Jakobson (Maja), Ylva Gallon (Elin)

Katarina Jakobson (Maja), Ylva Gallon (Elin)

Personnage, Peter Belli (Mog), Leif Edlund (Tobias)

Personnage, Peter Belli (Mog), Leif Edlund (Tobias)

Critiques de Koko-di Koko-da

  1. Première
    par Thomas Baurez

    Midsommar d’Ari Aster a brutalement replacé la Suède sur la carte de l’horreur. Koko-di Koko-da part dans la même direction en envisageant la crise d’un couple comme catalyseur d’une violence extrême. Quelques mois après la mort de leur enfant, Elin et Tobias partent camper dans la forêt pour rallumer la flamme d’un amour vacillant. La première nuit sous la tente se passe sans encombre jusqu’à ce que l’aube survienne et qu’Elin quitte le nid pour aller se soulager. Elle va bientôt être attaquée par une bande de personnages tout droit sortis d’une comptine pour enfants : un géant, un vieux monsieur en costume blanc, une jeune fille soumise et un chien baveux. Horreur. Tobias observe impuissant le massacre depuis son sac de couchage. Il n’a pas le temps de reprendre ses esprits qu’une boucle spatio-temporelle l’oblige à revivre inlassablement cette matinée cauchemardesque. À ceci près qu’à chaque fois, le modus operandi des croquemitaines varie. Sous son aspect volontairement ludique, ce Jour sans fin version trash réalisé par le Suédois Johannes Nyholm met en place un petit théâtre (certaines séquences sont racontées en ombres chinoises) où se déversent les frustrations, les angoisses et les lâchetés qui peuvent composer une vie à deux. Comme chez Aster, les dérèglements visibles à l’écran ne sont rien comparés à ceux qui régissent l’intériorité des êtres qui habitent le cadre. Un film à rapprocher également du formidable Long Weekend de Colin Eggleston qui a récemment bénéficié d’une ressortie en salles.