Date de sortie 11 novembre 2015
Durée 83 mn
Réalisé par Alexandre Sokourov
Avec Louis-Do de Lencquesaing , Benjamin Utzerath
Scénariste(s) Alexandre Sokourov
Distributeur Sophie Dulac Distribution
Année de production 2015
Pays de production France, Allemagne
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

A travers l’histoire de Jacques Jaujard et du comte Franz Wolff-Metternich, Sokourov explore les rapports de l’art et du pouvoir, le musée comme lieu vivant de civilisation, et nous montre ce que l’art peut dire de nous-mêmes au cœur de l’un des conflits les plus meurtriers qu’ait connu le monde. La «collaboration» de ces deux hommes sera au coeur de la préservation des trésors du Louvre et de quelques-unes des nombreuses œuvres spoliées aux Juifs.

Offres VOD de Francofonia : le Louvre sous l'occupation

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Francofonia : le Louvre sous l'occupation

Photos de Francofonia : le Louvre sous l'occupation

DR
Sophie Dulac Distribution / Idéale Audience / Musée du Louvre
Sophie Dulac Distribution / Idéale Audience / Musée du Louvre
Sophie Dulac Distribution / Idéale Audience / Musée du Louvre
Sophie Dulac Distribution / Idéale Audience / Musée du Louvre
Sophie Dulac Distribution / Idéale Audience / Musée du Louvre

Francofonia : le Louvre sous l'Occupation (Documentaire)

Francofonia : le Louvre sous l'Occupation (Documentaire)

Francofonia : le Louvre sous l'Occupation (Documentaire)

Francofonia : le Louvre sous l'Occupation (Documentaire)

Francofonia : le Louvre sous l'Occupation (Documentaire)

Francofonia : le Louvre sous l'Occupation (Documentaire)

Casting de Francofonia : le Louvre sous l'occupation

Benjamin Utzerath
Franz von Wolff-Metternich

Critiques de Francofonia : le Louvre sous l'occupation

  1. Première
    par Hendy Bicaise

    Francofonia n’est pas au Louvre ce que L’Arche russe fut à l’Ermitage. En 2002, Alexandre Sokourov avait rendu hommage au musée de Saint-Pétersbourg en un plan-séquence : il le parcourait d’un souffle pour lui donner vie. Dans les allées du Louvre, il semble s’éparpiller. Hésitant entre reconstitution, documentaire et mise en abyme, son projet aux contours incertains ne parvient à capter l’attention que par fulgurances. Dont un plan somptueux sur les doigts d’un homme caressant ceux d’une statue. Le film est ainsi résumé : Sokourov nous laisse effleurer ses images quand on voudrait les étreindre.