Titre original DIARY OF THE DEAD
Date de sortie 25 juin 2008
Réalisé par George A Romero
Avec Michelle Morgan , Joshua Close , Shawn Roberts
Scénariste(s) George A Romero
Distributeur Bac Films
Année de production 2008
Pays de production américain
Genre Film fantastique

Synopsis

Des étudiants en cinéma tournent, dans une forêt, un film d'horreur à petit budget, lorsque la nouvelle tombe au journal télévisé: partout dans le pays, on signale des morts revenant à la vie. Témoins du massacre, des destructions et du chaos ambiant, ils choisissent de braquer leurs caméras sur les zombies et les horreurs bien réelles auxquels ils sont confrontés afin de laisser un témoignage de cette nuit où tout a changé.

Offres VOD de Diary Of The Dead

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Diary Of The Dead

Photos de Diary Of The Dead

DR

Diary Of The Dead

Casting de Diary Of The Dead

Shawn Roberts
Tony Ravelo
Amy Lalonde
Tracy Thurman

Critiques de Diary Of The Dead

  1. Première
    par Perrin Jusseaume

    Cinquième volet des aventures des zombies assoiffés de chair fraîche signé Romero. Le réalisateur opère un sacré changement par rapport au précédent opus, Land of the Dead, blockbuster façon série B. Il semble décidé à en dire davantage, à taper un peu plus, quitte à ce que son message en devienne répétitif et lassant. Ce virage est amorcé par l’utilisation de la voix off, répétitive, comme le bombardement d’images tirées d’internet.
    Ensuite, tout le film est censé être tiré de cameras vidéo, donc vues subjectives. Ca sent le contexte de l’ère Youtube, après Cloverfield et autres Rec, bref le réchauffé. Tout ça pour dire que les médias manipulent les gens, qui, s’ils le veulent, peuvent à leur tour manipuler les médias, et donc les gens. Mouais. Léger tout ça. Reste la Romero’s touch, efficace lorsqu’il utilise les possibilités offertes pas l’utilisation d’une fausse caméra subjective, à savoir le hors champ, plus belle arme jamais inventée au cinéma.

  2. Première
    par Mathieu Carratier

    Mesdames, messieurs, c'est la fin du monde. Les morts reviennent à la vie, et un groupe d'étudiants en cinéma a décidé de tout filmer. L'occasion pour Romero en mode (pseu)documentaire, de livrer une bombe de ciné-réalité apocalyptique fustigeant le rapport obscène de l'homme à l'image? C'était le projet. Le résultat penche plus vers une version gore de Pekin Express, par un cinéaste dont le message est devenu plus mort que vivant.