Titre original Posledice
Date de sortie 26 juin 2019
Durée 93 mn
Réalisé par Darko Stante
Avec Matej Zemljic , Timon Sturbej , Gasper Markun
Scénariste(s) Darko Stante
Distributeur Epicentre Films
Année de production 2018
Pays de production Slovénie
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

À 17 ans, Andrej est placé dans un centre de détention pour jeunes. Il y intègre un groupe de garçons délinquants avec lesquels il se perd dans la drogue et la violence. Mais bientôt les désirs d’Andrej le rattrapent… Démasqué, il va devoir faire un choix pour rester fidèle à lui-même.

Toutes les séances de Conséquences

Dernières News sur Conséquences

Photos de Conséquences

AFFICHE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
GALERIE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
GALERIE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
GALERIE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
GALERIE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
GALERIE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
GALERIE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
GALERIE
Epicentre Films / Temporama / Zwinger Film / NuFrame / 100
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Conséquences, affiche

Conséquences, affiche

Matej Zemljic (Andrej)

Matej Zemljic (Andrej)

Matej Zemljic (Andrej), Lovro Zafred (Luka)

Matej Zemljic (Andrej), Lovro Zafred (Luka)

Personnages, Matej Zemljic (Andrej), personnage

Personnages, Matej Zemljic (Andrej), personnage

Personnage, Dejan Spasic (le père), Matej Zemljic (Andrej), Rosana Hribar (la mère)

Personnage, Dejan Spasic (le père), Matej Zemljic (Andrej), Rosana Hribar (la mère)

Matej Zemljic (Andrej), Lovro Zafred (Luka)

Matej Zemljic (Andrej), Lovro Zafred (Luka)

Personnage, Timon Sturbej (Zele)

Personnage, Timon Sturbej (Zele)

Timon Sturbej (Zele), Matej Zemljic (Andrej), Gasper Markun (Niko)

Timon Sturbej (Zele), Matej Zemljic (Andrej), Gasper Markun (Niko)

Critiques de Conséquences

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Le réalisateur slovène de ce premier long possède un talent indéniable pour faire monter la tension chez le spectateur. La manière, d’abord, dont il introduit son héros, accusé de viol par une ado vexée qu’il ait refusé ses avances, et placé dans un centre de détention pour mineurs. Puis la description étouffante de la relation aussi fascinée qu’ambiguë que ce petit dur entretient avec le caïd du centre, un chef de gang qui comprend vite son emprise sur lui. Et enfin, la prise de conscience difficile de son homosexualité dans cet univers testostéroné où les différences finissent par se retourner violemment contre soi. Dommage alors que la conduite scolaire de son récit affaiblisse ce climat de tension savamment orchestré et tue dans l’oeuf tout effet de surprise. Sa volonté de dénoncer l’hypocrisie de son pays prétendument progressiste envers les gays prend le pas sur tout le reste.