Titre original Little Men
Date de sortie 21 septembre 2016
Durée 85 mn
Avec Theo Taplitz , Greg Kinnear , Paulina García
Scénariste(s) Mauricio Zacharias
Année de production 2016
Pays de production Etats-Unis
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Jake, un adolescent introverti, quitte Manhattan pour Brooklyn, dans une maison qui appartenait à son grand-père paternel, récemment décédé. Au rez-de-chaussée, Leonor, une couturière latino-américaine, tente tant bien que mal de faire marcher son affaire. Jake devient rapidement ami avec son fils Tony, exubérant et qui rêve de devenir acteur. Pendant ce temps, les adultes se battent pour des questions d'argent. Poussé par sa soeur Audrey, Brian, le père de Jake, comédien sans le sou, veut augmenter le loyer, conformément à l'évolution du marché de ce quartier en pleine gentrification. Leonor ne peut pas payer...

Offres VOD de Brooklyn Village

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Brooklyn Village

Dernières News sur Brooklyn Village

Cannes 2019- Frankie : la déception Ira Sachs [critique]

Les premiers pas décevants dans la compétition du réalisateur de Brooklyn Village

Photos de Brooklyn Village

Casting de Brooklyn Village

Theo Taplitz
Jake Jardine
Greg Kinnear
Brian Jardine
Jennifer Ehle
Kathy Jardine

Critiques de Brooklyn Village

  1. Première
    par Caroline Veunac

    Une famille bobo de Manhattan hérite d’un appartement à Brooklyn et de la boutique attenante, occupée par une couturière. Faut-il augmenter son loyer ? À partir d’un argument minuscule, le pointilliste Ira Sachs compose, sans que l’on voit l’effort, un tableau d’une profondeur et d’une subtilité folles. La minutie d’un cadre, la légèreté d’un travelling, la justesse d’un fondu au noir… Cette grammaire, délicate mais cruelle, appuie sur la jointure entre le prosaïque et l’intime, entre l’amour filial et le prix au mètre carré. Avec ses adultes lestés par les responsabilités et ses ados filant vers l’avenir, Brooklyn Village creuse avec grâce le sillon tracé par le chef-d’oeuvre d’Ira Sachs, le sublime Love is Strange.
    Caroline Veunac