Date de sortie 20 avril 2016
Durée 88 mn
Réalisé par Joyce A Nashawati
Avec Ziyad Bakri , Yannis Stankoglou , Louis-Do de Lencquesaing
Scénariste(s) Joyce A Nashawati
Distributeur Pretty Pictures
Année de production 2015
Pays de production France, GRÈCE
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Grèce. Une station balnéaire frappée par une vague de chaleur. L'eau se fait rare et la violence est prête à exploser. Ashraf, immigré solitaire, garde la villa d'une famille Française en son absence. Dans ce paysage aride, écrasé de soleil, il est arrêté par un policier pour un contrôle de papiers...

Offres VOD de Blind Sun

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Blind Sun

Dernières News sur Blind Sun

Blind Sun, la révélation de la semaine

Ce premier long fait de la grèce un paysage mental sensoriel baigné de lumière. Un cauchemar aveuglant.

Photos de Blind Sun

Critiques de Blind Sun

  1. Première
    par Eric Vernay

    Dehors, la fournaise. Des chiens errants, de la poussière, un enfer méditerranéen où l’eau manque, les incendies se multiplient et la population désargentée gronde, assoiffée. À l’intérieur, les riches se barricadent. Mais le calme apparent, sécurisé et climatisé de la villa surveillée par Ashraf laisse progressivement place à des visions angoissantes. Réel danger ou simples bouffées paranoïaques dues à un coup de chaud ? Le doute subsiste jusqu’au bout dans ce cauchemar caniculaire, où, à l’instar de Shining de Kubrick ou de Pique-nique à Hanging Rock de Peter Weir, l’inquiétude émane non pas de l’obscurité, mais de la lumière. Captée par Yórgos Arvaní- tis, le chef opérateur de Theo Angelopoulos, pourtant habitué aux tons gris, elle est ici jaune vif, aveuglante, troublante et organique. Cette présence solaire découpe des ombres menaçantes et distille une inquiétante étrangeté dans les paysages mentaux imaginés par la jeune cinéaste Joyce A. Nashawati. Entre l’efficacité "B" du film de genre et l’élégance arty du trip aux échos politiques (le péril du migrant à l’ère du capitalisme sauvage), ce premier long métrage happe la rétine avec son onirisme sec, obsessionnel, et nous fait basculer avec délectation de l’autre côté du miroir. Lumineuse révélation.