Titre original Avanti
Date de sortie 23 avril 2014
Réalisé par Emmanuelle Antille
Avec Hanna Schygulla , Nina Meurisse , Miou Miou
Scénariste(s) Emmanuelle Antille
Distributeur Pointligneplan
Année de production 2014
Pays de production CH
Genre Drame

Synopsis

Léa, 28 ans, est en rupture avec son environnement : elle déteste son travail de vendeuse, rejette l’amour que lui porte son copain et gère très mal les relations avec sa famille. Les liens, elle les maintient malgré tout à travers les images vidéo qu’elle filme sans cesse de sa mère, Suzanne, atteinte de maladie mentale. Admirant le côté hors-norme de sa mère, Léa refuse de voir les problèmes liés à sa maladie et supporte très mal la décision de son père de l’avoir faite interner. Lors d’un week-end où Suzanne a l’autorisation de sortir pour retrouver son mari, Léa, contre l’avis de tous, l’emmène dans leur ancienne maison de famille. Mais quand l’heure du retour arrive, Léa ne peut se résoudre à ramener sa mère à la clinique et décide de s’enfuir avec elle.Traçant la route à travers la campagne, Léa et Suzanne découvrent pour la première fois un sentiment de liberté intense, loin des pressions familiales. Au cours de ce tête-à-tête, mère et fille vont tenter de se comprendre et de s’accepter, tout en se confrontant à la réalité de la maladie. Suzanne, qui doit constamment étouffer ses pulsions, peut enfin laisser libre cours à ses élans. Elle se révèle alors. Le choc est violent pour Léa, qui ne peut plus fuir la réalité et doit accepter sa mère telle qu’elle est vraiment.

Toutes les séances de Avanti

Photos de Avanti

DR
DR
DR
Pointligneplan
Pointligneplan
Pointligneplan
Pointligneplan
Pointligneplan

Avanti

Avanti

Avanti

Affiche Française

Avanti

Avanti

Avanti

Avanti

Avanti

Casting de Avanti

Hanna Schygulla
Suzanne – la mère
Nina Meurisse
Léa – la fille
Miou Miou
Catherine – la tante
Jean-Pierre Gos
François – le père

Critiques de Avanti

  1. Première
    par Vanina Arrighi de Casanova

    On hésite un peu entre malaise et étonnement devant ce premier film de l’artiste suisse Emmanuelle Antille, l’échappée d’une fille mal dans sa peau avec sa mère doucement folle. Ce sera finalement le malaise, provoqué notamment par l’omniprésence à l’écran de la légendaire Hanna Schygulla, muse de Fassbinder, qui incarne cette mère atteinte d’une maladie sans nom. Elle est l’héroïne d’un road-movie bancal qui n’emprunte jamais vraiment aucune des pistes (la maladie, la relation mère-fille, la mémoire) qu’il esquisse.